Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 26 octobre 2010 par Soir Info

On a frôlé, de justesse, un nouveau report du scrutin présidentiel prévu pour se tenir le 31 octobre prochain, relativement à la controverse née du choix de l`opérateur SILS Technologie, pour centraliser, traiter les données et transmettre les résultats de ce scrutin à la Commission électorale indépendante ( Cei) qui proclame les résultats. Mais, le fait pour cette entreprise d`être une filiale du Bnetd ( Bureau national d`études techniques et de développement) que dirige M. Ahoua Don Mélo, une ponte du Front populaire ivoirien ( Fpi) a fait naitre des suspicions, notamment chez deux commissaires centraux. Amadou Soumahoro ( Rdr) et Bakayoko Gnénéma ( Forces nouvelles) tiennent Ahoua Don Melo pour suspect du fait de sa proximité avec Laurent Gbagbo, par sa position de militant du Fpi et surtout, sa parfaite connaissance de l`outil informatique. Dès lors, ces deux commissaires prêtent au Dg du Bnetd des intentions de fraude, parce que, à leurs yeux, il est capable d`inverser les résultats finaux en faveur de son candidat, Laurent Gbagbo. A la réunion du lundi 18 octobre 2010 , les divergences sont très vite apparues entre les commissaires. Ceux qui sont pour le maintien de Sils Technologie et ceux qui en réclament sa mise l`écart. Le président de la Cei, Youssouf Bakayoko, a réussi, néanmoins, par sa touche diplomatique à mettre en équilibre les esprits surchauffés, en renvoyant les débats au lendemain mardi 19 octobre. A cette réunion du mardi 19 octobre qui a été sanctionnée par le communiqué écartant Sils Technologie , le représentant des Forces nouvelles et celui du Rassemblement des républicains ( Rdr) proposent, en lieu en place de la transmission électronique ( Intranet), la transmission par réseau satellitaire à partir des téléphones portables Thuruya . Pour les 22.000 bureaux de vote, cette option devrait occasionner un surcoût de plusieurs centaines de millions de Fcfa. Le président de la Cei, Bakayoko Youssouf, émet des réserves, liées, notamment, au risque pour la commission de proclamer des résultats étonnés. Ici la marge de man?uvre est tellement étroite que la Cei peut être induite en erreur par de petits malins en lui communiquant de faux résultats. Ce qui pourraient entrainer des confusions. Ce risque est d`autant plus grand qu`aucune possibilité ne s`offre à la commission centrale de la Cei de faire la différence entre les voix de ses propres représentants et celles des personnes étrangères à la structure. A cet argument, Soumahoro Mamadou et Bakayoko Gnénéma proposent le codage de ces téléphones Thuruya . C`est à dire attribuer un code à chaque bureau de vote. Et à chaque Thuruya.. Au terme donc des débats, la Cei tranche... sur le vif... La commission électorale indépendante (Cei), au cours de sa séance du 21 octobre, a décidé que la transmission et la proclamation des résultats se feront à partir des procès-verbaux ( PV) de dépouillement des bureaux de vote ( BV) acheminés physiquement par ses superviseurs désignés sur l`ensemble du territoire national . Youssouf Bakayoko, soucieux de l`équilibre au sein de sa structure et privilégiant la méthode de la concertation et du compromis, appose sa signature au bas du texte, en dépit des réserves qu`il avait émise... C`est la douche froide à la Primature, face à cette décision qui l`a prise au dépourvu. Le président de la Cei est appelé en consultation à la Primature où il rencontre le Premier ministre le vendredi 23 octobre . Le sujet est au centre de l`audience que le chef de l`Etat a accordé à Soro Guillaume dans la soirée de ce même vendredi. Le samedi 23 octobre 2010, une grande réunion est convoquée à la Primature, qui met en présence, entre autres, le président de la Cei, Choi J. Y, représentant du Sg des nations-unis en Côte d`Ivoire, le représentant du Facilitateur, l`Onuci, le DG du Bnetd, Ahoua Don Mélo... Ainsi, se saisissant de cette question en vue de prévenir toute crispation et de parvenir au meilleurs compromis possible Soro Guillaume a fortement recommandé la mise en place d`un comité d`experts indépendants composé de techniciens issus, notamment du cabinet du premier ministre, de la commission électorale indépendante, de la facilitation, de la société informatique de droit de droit suisse dénommée Crypto AG et d`observateurs issus de l`Onuci . Grâce au sens du compromis du président de la Cei et de l`engagement du Premier ministre à conduire le processus dans al transparence totale, la date du 31 octobre a été sauvée... De fait, des garde-fous ont été mis en place, par la présence de l`Onuci en tant
qu`observateur... Ce comité d`experts, en collaboration avec Sils-Technology , procèdera, en toute transparence à la transmission à la transmission sécurisée des résultats du scrutin présidentiel et en garantira ainsi leur inviolabilité souligne le communiqué de la Primature.

Armand B. DEPEYLA


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur