Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 8 juin 2010 par Le Patriote

On ne le dira jamais assez. Le socle de tout processus démocratique est l'unité nationale. La politique n'ayant pas d'autre vocation que de garantir un mieux-être aux populations. Mais aussi, elle doit consolider le ciment entre les différentes populations du pays. La Côte d'Ivoire, on ne le rappellera pas assez, c'est 322.462 km2. C'est également le nord, le centre, le sud, l'est et l'ouest. Les derniers développements de l'actualité nationale nés de la volonté des jeunes de l'opposition d'organiser une marche le 15 mai dernier avaient contraint le chef de l'Etat Laurent Gbagbo à descendre de son piédestal pour aller à la rencontre des principaux chefs de file de la plate forme des Houphouëtistes. Ainsi, l'actuel locataire du palais présidentiel a rencontré successivement le président Henri Konan Bédié, puis le Dr Alassane Dramane Ouattara, le 17 mai 2010. A plus de deux semaines de ces têtes-à-têtes, des informations peu reluisantes pour l'image du pays commencent ont filtré. C'est que, le chef de l'Etat n'est pas allé les bras vides lors de ces rencontres. Une certaine presse s'était, d'ailleurs, targuée que Laurent Gbagbo avait présenté des dossiers en béton à ses opposants. Nous avons maintenant des précisions sur la nature de ces soi-disant documents. En effet, des dossiers avaient été deposés sur la table des discussions lors de ces rencontres. Mais, en lieu et place de dossiers brûlants sur l'éventualité d'une attaque contre les institutions du pays, c'est une liste de plusieurs milliers de personnes aux noms à consonance nordique que l'actuel locataire du palais du Plateau a brandi à ces principaux opposants. Il s'est agit pour lui, d'amener ces derniers à accepter la radiation de ces personnes de la liste électorale provisoire dite liste blanche. Seul gage certainement selon lui pour remettre en branle le processus électoral au point mort depuis Février dernier. Cette initiative, après les radiations arbitraires opérées par des juges aux ordres en Février, vient à coup sûr mettre en danger l'unité nationale. Laurent Gbagbo n'acceptera pas d'aller à la présidentielle tant que tous les noms à consonance nordiste ne seront pas radiés de la liste électorale. Au juste pourquoi le nord? Et toujours le nord? Cette question n'a malheureusement rien de banale. Parce qu'elle induit un débat de fond sur l'identité nationale avec son corollaire de délit de faciès. A l'analyse Laurent Gbagbo semble n'avoir pas encore tiré les leçons du 19 Septembre 2002. Attention, personne n'acceptera d'être apatride.
Coulibaly Brahima


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur