Identifie Toi     Inscris Toi

lundi 7 juin 2010 par Le Nouveau Réveil

L`école de police est vraiment gangrénée par la magouille et la corruption. Chaque année, les concours qu`elle organise pour donner à la Côte d`Ivoire des agents de sécurité intègres et soucieux de la sécurité des personnes et des biens se transforment en une foire au favoritisme et à la légèreté. A preuve, 5 candidats admis au concours de commissaire de police, selon une source bien introduite, viennent d`être recalés parce qu`on a découvert sur le tard qu`ils se sont présentés au concours avec de faux diplômes. Il y a peu, les journaux révélaient que 90 candidats admis au concours d`entrée à l`Ecole nationale de police ont été renvoyés pour des motifs graves qui achèvent de discréditer définitivement ce concours organisé par le ministère de l`Intérieur. 86 candidats admis ont été renvoyés pour avoir réussi à se faufiler dans les mailles des contrôles pour se présenter au concours avec de faux diplômes. Pis, après des visites médicales et les épreuves, c`est seulement après les résultats que 4 filles admises officiellement ont été, elles aussi, recalées parce qu`accusées d`être enceintes. Avec de telles légèretés, on ne peut être surpris que les policiers d`aujourd`hui commettant bavures sur bavures, soient enclins au racket, etc. Qu`il a eu raison le refondateur atypique qu`est Mamadou Koulibaly de crever l`abcès en accusant ouvertement le ministère de l`Intérieur piloté par Désiré Tagro de favoriser les jeunes de la tribu du ministre lui-même au concours de police. " Par exemple, à la suite d`un concours d`entrée à l`école de police d`Abidjan, dix des 1358 admis, sont du même village que le chef de cabinet du ministre de l`Intérieur(). Cet exemple n`est-il pas la manifestation d`un système corrompu qui tolère qu`un fonctionnaire ivoirien travestisse le concours de l`Ecole nationale de Police en un exercice de recrutement des jeunes de sa tribu ? " (Le Nouveau Réveil N°2535 du jeudi 03 juin 2010). Cela devrait interpeller les plus hautes autorités du ministère de l`Intérieur, notamment M. Désiré Tagro. Dans un pays normal, il aurait tout simplement donné sa démission.
François Konan


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur