Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 20 avril 2010 par Le Nouveau Réveil

Des femmes de la société civile de la commune de Yopougon, sorties en grand nombre, ont bruyamment manifesté leur mécontentement et crié leur ras-le-bol face à la flambée des prix des denrées alimentaires liée à la hausse anarchique du carburant, le délestage et les coupures intempestives d`eau, causant des désagréments de toutes natures aux populations. Elles ont donc organisé une grande marche de protestation au quartière "Port-Bouët 2", sur l`artère routier communément appelé "Nouveau goudron", de 9h à 10h. La présence massive des policiers de la Brigade Anti émeutes n`a pas freiné la volonté de ces dames d`exprimer leur colère et faire entendre leur voix, leur cri du c?ur et leurs souffrances, liées aux difficultés pour se soigner, se nourrir, se déplacer, etc. Dans cette dynamique, Yvonne Kouassi, leader de la société civile de Yopougon, initiatrice de ce mouvement, a traduit la révolte de ces femmes meurtries. "Nous sommes fatiguées de cette corvée que le pouvoir actuel nous impose. Les coupures d`eau intempestives, le délestage et la flambée du prix du carburant qui entraîne la hausse des prix des denrées alimentaires. Nous sommes aujourd`hui obligées de nous éclairer en plein Abidjan avec la lampe tempête. Nos enfants notamment nos filles ne peuvent plus aller à l`école, puisqu`il n`y a pas d`eau. Les parents sont obligés de garder leurs enfants à la maison pour puiser l`eau pour ceux qui vont à l`école. Nous revenons au moyen âge. Les prix augmentent, les salaires n`augmentent pas depuis 10 ans, les maris ne travaillent pas ! On ne peut plus rien faire. Nous comptons faire le tour de la Côte d`Ivoire pour sensibiliser et mobiliser les Ivoiriens à se tenir prêts pour le dernier round qui consistera à faire partir ce pouvoir prédateur Fpi, par tous les moyens. Nous en avons marre ! Ils nous ont menti ! Que le peuple se réveille et nous suive", a-t-elle déclaré, visiblement très remontée.

SERGE AMANY


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur