Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 17 mars 2010 par Le Temps

Le commissaire principal de la police judiciaire (P.j), le Lieutenant colonel Bailly Fallet, a entendu le policier à la gâchette facile, le sergent-chef Boua Tano Aimé, hier mardi 17 mars 2010, dans les
locaux de la police judiciaire. L'accusé est revenu sur les faits survenus dans la nuit du vendredi au samedi, et est resté constant dans sa déclaration. En présence cette fois-ci, de la presse nationale et des officiers de la P.j, il a déclaré avoir tiré, parce que se sentant menacé. Le sergent-chef Boua Tano a insisté sur le fait que les deux soi-disant gendarmes, ont agi sur l'effet d'alcool. Ils sont sortis du maquis et ont fait mouvement vers les deux femmes qui étaient en train de se soulager. Tout en leur tenant un langage désobligeant. Je les ai tout simplement interpellé en leur disant de soigner leur langage, a soutenu le sergent dans sa déposition. En prélude à la présentation du sergent chef à la presse, le Cma a reçu tôt hier mardi, à l'état-major, les responsables de la gendarmerie et ceux de la police nationale ensemble pour sceller l'union autour des forces de défense et de sécurité. Le Cma a rappelé à ses ôtes, le sens du devoir et la solidarité inter armée qui doit à chaque instant guider leur conduite. Cette rencontre a donc permis au Gal Philippe Mangou de sceller une fois pour toute la paix et la concorde dans les rangs de Fds.

J-B. Essis


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur