Identifie Toi     Inscris Toi

 vendredi 22 janvier 2010 par Nord-Sud

Les confrontations entre Ivoiriens et Algériens en Coupe d'Afrique des nations remontent à 1968. Elles sont équilibrées. A Alger 1990 et Dakar 1992, celui qui était sorti brillant vainqueur est allé jusqu'au trophée. Le résultat de dimanche sera-t-il un signe précurseur?

La belle histoire ivoiro-algérienne débute à Addis Abeba, le 12 janvier 1968. Malgré de bons joueurs algériens déjà internationalement reconnus -le brillant meneur de jeu Hassen Lalmas ayant marqué un but au grand Lev Yachine lors d'un Urss-Algérie- les virtuoses ivoiriens sont trop forts pour eux. Au plan physique et technique, les Joseph Bléziri, Dominique Yovan, Laurent Pokou, François Tahi, Bozon sont éclatants de classe et de puissance. Les Ivoiriens mènent deux à zéro à la mi-temps sur des coups de boutoirs de Bozon et Pokou aux 15ème et 26ème minutes. L'empereur Baoulé corsera l'addition à la 65ème, dans la phase de jeu qu'il affectionne, parti de la médiane. Le score est sans appel en faveur des Eléphants. Il faut attendre 20 ans avant de retrouver un choc en Can. Ce sera à Casablanca à Maroc 88. Les deux sélections sont dans la même poule du premier tour. La Côte d'Ivoire malgré un très bon potentiel de joueurs (Abdoulaye Traoré, Youssouf Fofana, François Monguéhi, Pascal Miezan) est plutôt décevante. Elle concède beaucoup de points en faisant trois matches nuls. Contre l'Algérie le 13 mars 88 à Casablanca, le score est de 1-1. Ben Badi (48ème) répondant à Belloumi (16ème). Avec le même nombre de points (3) et le même différentiel de buts, c'est un tirage au sort dramatique qui envoie les Algériens au deuxième tour. La consternation est totale dans le camp ivoirien et dans tout le pays.
Deux ans plus tard, l'Algérie fait fort chez elle à Alger 90. La très bonne équipe de Côte d'Ivoire avec les Maguy Serge, Tiéhi Joël, Sié Donald, Amani Yao ne résiste pas au Stade du 5 juillet d'Alger face à une Algérie au sommet de son art. Les Algériens ne mènent que par 1-0 à la mi-temps par le véloce Djamel Menad. Les Ivoiriens ratent des occasions nettes coupant le souffle aux 90. 000 spectateurs présents. Dans les dix dernières minutes, Chérif El Ouazzani et Chérif Oudjani sonnent le glas des Eléphants du duo Rade Ognagnovic-Kaé Oulaï. A Dakar 92, c'est au tour des Eléphants d'être au sommet. Et cette fois à Ziguinchor, un 13 janvier brumeux, ce sont les Ivoiriens de Youssouf Fofana, Joël Tiéhi, Abdoulaye Traoré, Kassy Kouadio, Donald Sié, Moussa Traoré qui sont au zénith. Les Algériens sont boutés hors de la compétition d'entrée par les hommes de Martial Yéo. La monnaie d'Alger est rendue, 3-0 (Ben Badi 14ème, Fofana 25ème et Tiéhi 89ème). Dans le même scénario que 90, c'est le victorieux du duel Côte d'Ivoire- Algérie qui fonce dans sa lancée, arracher le trophée! C'est au tour de Gadji Celi de soulever la coupe au stade de l'Amitié de Dakar. La belle histoire va se poursuivre ce dimanche 24 janvier au stade Chiaza de Cabinda sur le coup de 19h30. Celui qui écartera l'autre de son passage, s'ouvrira-t-il le chemin du trophée? Prions pour que l'épisode de Cabinda ressemble à celui de Ziguinchor.

Nasser EL FADEL


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur