Identifie Toi     Inscris Toi

 mercredi 21 octobre 2009 par Islam Info

Elle s'appelle aussi Sourate al-Barâ'ah et elle est la seule sourate qui ne commence pas par la Basmalah (Bism-illâh-ir-Rahmân-ir-Rahîm = Au Nom d'Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux).

La traduction du titre de la Sourate:
Le Désaveu; Le Repentir

Lieu de révélation:
A Médine, sauf les deux derniers Versets, lesquels avaient été révélés à la Mecque.

Ordre chronologique de sa révélation:
Elle fut révélée après la Sourate al-Mâ'idah (Sourate 5)

Les mérites (thawâb) de sa lecture:
Quiconque la lit ne sera jamais hypocrite.

Elhadj Imam Méité Al-Imam
05-38-12-83

Chapelet : La lecture du Coran ou parler avec Dieu
Le Coran est la parole éternelle et incréée de Dieu. Il est la Parole de Dieu adressée à la création. L'Imâm Ahmad Ibn Hanbal dit : "Lorsque je veux parler à mon Seigneur, j'y parviens, et lorsque je veux qu'Il me parle, j'y parviens aussi. Comment ça ? Il répondit : "Lorsque je veux que mon Seigneur me parle, je lis le Coran, et lorsque je veux Lui parler, je m'engage dans la prière, car ce n'est autre qu'un entretien intime avec Allâh."
La lecture du Coran est une pratique cultuelle instituée par l'islam. S'y adonner fréquemment est recommandé, afin que le musulman ait un coeur vivant et éclairé par ce qu'il lit dans le Livre de Dieu. Al-Bukhârî et Muslim rapportent qu'Ibn `Umar dit : "Le Messager d'Allâh - paix et bénédictions sur lui - dit : 'L'envie n'est légitime que vis-à-vis de deux personnes : un homme à qui Allâh accorde une fortune qu'il dépense dans le bien jour et nuit et un homme à qui Allâh a donné le Coran si bien qu'il le récite dans sa prière jour et nuit.'"
La lecture du Coran avec une bonne disposition et une intention pure est un acte de culte pour lequel le musulman reçoit une rétribution. At-Tirmidhî rapporte d'après Ibn Mas`ûd que le Messager d'Allâh - paix et bénédictions sur lui - dit : "Celui qui lit une lettre du Livre d'Allâh reçoit une bonne action, et chaque bonne action est décuplée." Muslim rapporte également d'après Abû Umâmah que le Messager d'Allâh - paix et bénédictions sur lui - dit : "Lisez le Coran car il intercède en faveur de ses lecteurs le jour de la résurrection." L'Envoyé d'Allâh - paix et bénédictions sur lui - nous a mis en garde contre l'abandon du Coran et son oubli disant d'après les narrations d'Al-Bukhârî et Muslim : "Attachez-vous à l'étude du Coran car, par Celui Qui détient l'âme de Muhammad dans Sa Main, il s'échappe bien plus facilement que les chameaux attachés."
Bienséance de la lecture du Coran
Il est recommandé au lecteur du Coran de le lire soigneusement en donnant à chaque lettre sa mesure exacte en termes de diction conformément à la parole du Très-Haut : "Et récite le Coran, lentement et clairement." [2] Le musulman ne doit pas appréhender la lecture du Coran ni craindre de se tromper en récitant. Au contraire, il doit prolonger sa compagnie avec le Coran pour atteindre un bon niveau de récitation par la répétition et la pratique. Le Très-Haut dit : "En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu'un pour méditer ?" [3]
Il serait appréciable également que tu connaisses, ô croyant, quelques règles de tajwîd [4] ou que tu t'entraînes à lire le Coran en présence d'un mémorisateur ou d'un maître-récitateur afin qu'il t'indique la manière de le restituer correctement.
Parmi les règles de bienséance de la lecture du Coran, il y a le fait que le lecteur ait ses ablutions [5] et qu'il inaugure sa récitation par la formule : "A`ûdhu billâhi min ash-shaytânir-rajîmi bismillâhir-rahmânir-rahîm" [6]. Il faut également qu'il médite ce qu'il lit, qu'il lise avec componction, calme et douceur et qu'il soit sensible aux versets du Coran tant dans leurs promesses que dans leurs menaces. Parmi les règles de bienséance, il y a également l'effort d'embellir sa voix en récitant le Coran car cela affecte davantage l'esprit et porte au recueillement et à la componction. Ibn Hibbân et d'autres rapportent que l'Envoyé d'Allâh - paix et bénédictions sur lui - dit : "Embellissez le Coran par votre voix." Al-Bukhârî et Muslim rapportent que le Messager de Dieu - paix et bénédictions sur lui - dit : "Allâh n'a guère écouté quelqu'un comme Il a écouté un prophète doté d'une belle voix récitant le Coran à voix haute."
Imam Méité al Imam

Spiritualite
Sourate de la semaine: souratoul-moursalâte-n.77-Les envoyés (SUITE)
C'est la 77ème sourate du coran. Mais elle est la 33ème dans l'ordre chronologique. Elle comprend 50 versets révélés à la Mecque. Le titre, al-Moursalate , est tiré du premier verset.

Le saviez-vous ?
Dispositions régissant exclusivement le pèlerinage des femmes
() Allah a prescrit le pèlerinage à Ses serviteurs. C'est le cinquième pilier de l'Islam. Le djihad de la femme selon les propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) adressés à Aïcha (P.A.a) : Votre djihad, c'est le pèlerinage (rapporté par al-Boukhari).
() Voici quelques conseils destinés à toute femme voulant accomplir le pèlerinage.().

1/ La sincérité à l'égard d'Allah est une condition de validité et d'agrément pour tout acte cultuel, donc du pèlerinage. (.).

2/ Suivre la Sunna de manière à confirmer ses actes aux enseignements du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui.

3/ Méfiez-vous du polythéisme (associationnisme) majeur et mineur ainsi que de tous les péchés. En effet, le polythéisme majeur exclut son auteur de l'Islam, rend son ?uvre caduque et lui entraîne un châtiment. Quant au polythéisme mineur, il entraîne la nullité de l'?uvre et provoque le châtiment (divin). ().

4/Il n'est pas permis à la femme de voyager pour le pèlerinage ou pour d'autres (besoins) sans un accompagnateur légal (mahram) en vertu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : la femme ne doit voyager qu'avec un accompagnateur légal (rapporté dans les Deux Sahih).
Le mahram, c'est le mari et tout homme lié à l'intéressée par la parenté, l'alliance ou l'allaitement de sorte à créer une prohibition matrimoniale perpétuelle.
() A défaut, la femme n'est pas tenue d'accomplir le pèlerinage.

5/ Il est permis à la femme qui se met en état de sacralisation (ihram) de porter les habits de son choix, qu'ils soient noirs ou pas ().Eviter tout ce qui s'assimile à l'exhibitionnisme et à la provocation, comme les vêtements serrés, transparents, courts, ouverts d'un côté ou trop voyants. De même, il faut éviter le port de vêtements qui font ressembler aux hommes et des vêtements de mécréants.().

6/ Il est interdit à la femme en état de sacralisation d'utiliser un parfum sur son corps ou ses vêtements.

7/ Il est encore interdit à la pèlerine d'enlever des cheveux de son corps par un moyen quelconque et de se tailler les ongles.

8/ Il est aussi interdit à la pèlerine de porter un masque ou des gants en vertu de la parole. ()

9/ Certaines pèlerines marquent leur entrée en état de sacralisation par le port d'une sorte de turban pour empêcher que leur voile ou foulard ne touche pas directement leur visage. () Il n'y a aucun inconvénient à ce que le voile touche le visage.

10/ La pèlerine est autorisée à porter une robe, un pantalon, des chaussettes, des bracelets, une montre, etc. Mais elle doit entourer ses bijoux de discrétion et s'abstenir de les montrer aux hommes (non mahram) pendant et après le pèlerinage.

11/ Certaines pèlerines indisposées dépassent les lieux fixés pour l'entrée en état de sacralisation sans marquer leur entrée dans cet état parce que croyant cela requiert la propreté rituelle. (). Pourtant, les menstrues n'ôtent pas à la femme la possibilité d'entrer en état de sacralisation. En effet, la femme indisposée doit entrer en état de sacralisation et faire tout ce que font les autres pèlerins à l'exception du tawaf. Car elle doit retarder celui-ci jusqu'au retour de son état de propreté rituelle. Si elle dépasse le lieu d'entrer en état de sacralisation et retarde le rite, elle doit retourner audit lieu pour entrer en état de sacralisation. Si elle ne le fait pas, elle aura à faire un sacrifice animal en raison de son abandon d'un devoir (du pèlerinage).

12/ Si la pèlerine craint de ne pouvoir achever son pèlerinage, il lui est permis de formuler une condition en ces termes : Si j'étais empêchée, mon pèlerinage serait interrompu séance tenante . Si elle était confrontée à un obstacle l'empêchant de poursuivre son pèlerinage, elle serait quitte.

Questions ? Reponses
Q1: est-il possible pour un pèlerin de faire sa grande ablution chez lui avant de se mettre en ihram ?
R1: oui cela est possible. Il peut faire sa grande ablution chez lui et il n'est plus obligé de la refaire pour se mettre en sacralisation au lieu de sacralisation (Zoul-Ouleyfa par exemple).

Q2: A partir de quel moment les interdictions commencent-elles pour le futur pèlerin ?
R2: Les interdictions pour le pèlerin commencent dès l'instant où il se met en état de sacralisation et qu'il formule l'invocation labayka Allahomma oumrane (pour la oumra) ou labayka Allahomma hajjane (pour le Hajj).

LES HADITHS DE LA SEMAINE
Le Prophète (saw) dit :
Que la femme (pèlerine) ne porte ni masque (niqab) ni gants (Boukhari).

GLOSSAIRE : Le terme âbar aly
âbar aly est composé de deux mots en rapport d'annexion : abar nom pluriel ayant pour singulier bi'r : il signifie puit en français ; et aly , nom propre de personne. âbar Aly signifie donc les puits d'Aly. C'est le lieu de sacralisation du pèlerin qui est parti de Médine.

DOUA DE LA SEMAINE
Quand le fidèle musulman se trouve entre le coin Yéménite et la pierre noire, il récite la doua suivante : Rabbanâ âtinâ fî-d-dounya hassanatane wa fil-akhirati hassatane wa qinâ azaba-n-nar

Traduction :
O notre Seigneur, Favorise-nous d'un bienfait dans ce monde et d'un bienfait dans la vie future et Préserve-nous du supplice du feu.

Plateau Dokui
pose de la dalle du sous-sol de la mosquée
Imam Binaté : Que tous les fidèles se mobilisent . . . .
Le samedi 26 Septembre a marqué d'une pierre blanche les travaux de construction de la mosquée du Plateau Dokui. Tous les fidèles se sont mobilisés pour poser la dalle du sous-sol de la mosquée .

Le Plateau Dokui, quartier situé entre les communes d'Abobo et de Cocody, est l'un des quartiers résidentiels du district d'Abidjan. La communauté musulmane dudit quartier, existe depuis aussi longtemps, sinon plus longtemps que celle d'Aghien ou de la Riviera 2. Pourtant, bien qu'elle ait obtenu un site pour loger sa mosquée centrale depuis le temps ou feu le ministre Vamoussa Bamba présidait les destinées du ministère de la construction, le projet n'a pu arriver à sa phase de réalisation. Le site a d'abord abrité un hangar, puis une mosquée provisoire avant de voir la première pierre de l'édifice être posée. Depuis cette date, la communauté était à la recherche des moyens nécessaires à la réalisation du projet.
La première phase de la construction a consisté à faire les travaux de terrassement et la réalisation du sous-sol qui abrite les toilettes, les bureaux et la salle polyvalente. Il fallait environ 20 millions de F.CFA à El Hadj Tidjane Gbané, le coordinateur des travaux pour la pose de la dalle. L'imam de la mosquée, El Hadj Binaté Bourahima et son trésorier, El Hadj Dagnogo qui ont donc profité du mois béni du Ramadan de cette année pour lancer une vaste opération de collecte de fonds baptisée un fidèle, un paquet de ciment . L'opération a permis de collecter environ 90 tonnes de gravier, 80 m3 de sable, 25 tonnes de ciment et divers autres éléments.
Cette phase de travaux du chantier était d'autant plus importante qu'elle permet de faire distinguer l'espace de la partie mosquée du bâtiment. La surface de 403 m2 a été couverte en environ 5 h de temps grâce à la grande mobilisation des fidèles qui ont constitué la main d'?uvre. Adultes, comme enfants, tout le monde a apporté son concours physique ou intellectuel à la grande satisfaction des responsables de la communauté.

El Hadj K. Kassoum


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur