Identifie Toi     Inscris Toi

lundi 14 mai 2007 par Le Temps

Le département de zuénoula a amorcé depuis l'avènement des conseils généraux, le train du développement. En quatre années de présence, le conseil général de zuénoula a consenti un milliard quatre cent quinze millions de FCFA. Longtemps plongé dans une léthargie sans précédent, le département de Zuénoula sort progressivement de ce retard grâce aux investissements de son conseil général. D'une population estimée à 148.480 âmes, le département de Zuénoula qui compte deux sous-préfectures ; la sous-préfecture centrale de Zuénoula et celle de Gohitafla, n'avait pas connu durant quarante ans de gestion du parti cinquantenaire, un tel développement. Zuénoula est resté depuis longtemps, un département aux allures archaïques. Ni eau potable, ni électricité dans les villages, ni routes et autres infrastructures sanitaires et éducatives. Cette réalité a fait de cette région, le taux d'analphabétisation est le plus élevé du pays. 80% des enfants n'ont pas accès à l'école. Dès, sa prise de fonction et conscient de cette léthargie très avancée de son département, le président du conseil M. Kolou Bi Youan, a pris le pari de sortir les populations du sous-développement. En quatre années d'exercice, le visage de ce département semble reluisant. Avec un investissement global d'un milliard quatre cent quinze millions (1.415.000.000 F CFA), le conseil général a, malgré la guerre qui a marqué le département de Zuénoula (30% de la région est dans la zone de rebelles) donné satisfaction aux populations déboussolées par les effets néfastes de cette crise. Au titre d'investissement, tous les secteurs de développement ont été touchés. Sur 375 km de routes à réaliser, le Conseil a pu ré profiler 296 km, soit un investissement d'un coût total de 199 millions.
Zéré de Mahi


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur