Identifie Toi     Inscris Toi

 jeudi 3 septembre 2009 par Le Temps

L'Hôtel du District au Plateau a servi, hier, de cadre à une rencontre entre la Cei, les partis politiques et les candidats indépendants à la prochaine élection présidentielle.

La Commission électorale indépendante (Cei) a échangé, hier, à l'hôtel du District d'Abidjan Plateau, avec les partis politiques et les candidats indépendants à l'élection présidentielle du 29 novembre prochain. L'ordre du jour portait sur trois points. A savoir, les textes électoraux, le traitement des données informatiques dans les centres de coordination et les contentieux. Pour le patron de la Cei, Beugré Mambé, cette rencontre répond à un besoin d'équité et de transparence qui anime l'institution qu'il dirige. ''Nous avons, a-t-il déclaré, le devoir d'offrir aux Ivoiriens des élections propres, gage d'une stabilité'. Dans les différents exposés des membres de la Commission électorale indépendante, il ressort que les choses avancent comme prévu par le délai. La 1ère communication qui concerne les textes électoraux a été largement expliquée aux différents représentants des formations politiques et candidats indépendants. Concernant l'étape actuelle de traitement des données informatiques, l'auditoire a été instruit du bon déroulement des travaux dans les 70 centres de coordination à travers le pays. Mieux, le traitement dans 58 centres est achevé. Ce qui donne un résultat pour l'instant, à plus de 70% de la population enrôlée. Sur les 6500000 personnes identifiées, la Cei affirme avoir déjà traité 70% de la population dont moins de 5 % de cas d'irrégularité détectée. Beugré Mambé et son équipe ont rassuré les Ivoiriens du respect de l'affichage de la liste électorale prévu pour le 15 septembre prochain. Les participants ont été également informés et formés sur le volet contentieux électoral. A ce sujet, la Cei a encore rassuré l'ensemble des Ivoiriens sur les dispositions administratives et pénales arrêtées pour corriger les éventuels torts et réprimer tous ceux qui se sont inscrits de façon frauduleuse sur les listes. La loi a prévu que les auteurs des fausses accusations répondent eux aussi de leurs actes. Une peine allant de 5 à 10 ans assortie d'une amande allant de 500 mille à 1 million de Fcfa sont prévues comme sentence à tout contrevenant. Les différents représentants des partis politiques et des candidats indépendants ont soulevé quelques inquiétudes qui ont très vite été circonscrites par le président de la Cei. Mais cela n'a pas empêché le Fpi et le Rhdp d'étaler leurs divergences sur certains points. L'honorable Sokouri Bohui représentant du Fpi, par ailleurs, secrétaire national chargé des élections du parti d'Affi N'Guessan et Sanogo Mamadou (Rdr), Brou René (Pdci), tous du Rhdp, ont donné le ton de ce que sera l'atmosphère électorale les jours à venir. A cette rencontre, le journaliste-écrivain et chroniqueur, Tiburce Koffi a déclaré qu'il sera candidat pour la présidentielle du 29 novembre prochain. Le président du parti communiste de Côte d'Ivoire, Gueu Droh, a saisi l'occasion pour interpeller les autorités sur l'injustice faite aux partis qualifiés de petits partis qui ne bénéficient pas de la subvention de l'Etat. "Nous sommes tous présidentiables, a-t-il indiqué, nous voulons les moyens ". Il a demandé au président Mambé de reporter les élections si toutes les conditions ne sont pas réunies. Il faut noter que depuis le 26 août dernier, la Cei a rendu publiques les conditions de candidature à la présidentielle et ouvert le registre de réception des candidatures. A ce jour, seuls l'indépendant Félix Akoto Yao et depuis hier, le candidat du Pdci-Rda se sont déclarés.

Zéré de Mahi


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur