Identifie Toi     Inscris Toi

 jeudi 27 août 2009 par Nord-Sud

Pas de répit pour Michel Amani N'Guessan. Après Bouaké où il s'est rendu le 25 août pour rouvrir un commissariat et une gendarmerie, le ministre de la Défense a rencontré hier le chef de mission de l'Onuci. Au centre des échanges entre YJ Choi et son hôte, la question du déploiement des 8.000 gendarmes et policiers du Centre de commandement intégré (Cci) qui piétine. A sa sortie d'audience Amani N'Guessan a affirmé être venu solliciter l'appui de l'Onuci. Le représentant spécial nous a rassuré que l'Onuci allait nous appuyer à hauteur de 500 millions de Fcfa. Donc, aujourd'hui, il s'agit de procéder rapidement aux appels d'offres et de mettre les équipes de travail sur le terrain. Il nous a dit qu'il prendrait toutes les dispositions nécessaires pour nous accompagner dans cet effort, a révélé le ministre. Qui a insisté pour que l'appui sollicité puisse porter sur la réhabilitation urgente des commissariats de police et des brigades de gendarmerie des villes abritant des tribunaux et sur la sécurisation des 68 centres de coordination ouverts par la Commission électorale indépendante (Cei) pour le traitement des données à l'intérieur du pays. A propos du désarmement qui devrait en principe être achevé deux mois avant le scrutin du 29 novembre le ministre de la Défense n'a pas caché ses inquiétudes face à son interlocuteur. Vu la quantité de travail à faire, je me demande si techniquement nous pouvons être dans le temps avant le 29 septembre, a-t-il affirmé. S'agissant enfin de l'harmonisation des grades, Michel Amani N'Guessan a expliqué que les conclusions des travaux de la commission mixte attendue pour le 27 août devraient solutionner ce problème.

Marc Dossa (avec Onuci.org)


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur