Identifie Toi     Inscris Toi

samedi 11 juillet 2009 par Le Patriote

Le BAC 2009 a pris fin dans le centre du lycée moderne 1 dans une ambiance surchauffée. En effet, depuis le début des épreuves, les candidats soutiennent qu'ils étaient constamment sous pression. Ce, à cause du comportement de leur président de jury et de son vice président. Aux dires des élèves, ces derniers allaient jusqu'à les fouiller et se mettaient même derrière les claustras pour les épier. Du coté du secrétariat, certains membres qui ont requis l'anonymat, ont reconnu que les élèves ont composé dans une situation assez traumatisante. On se demande si ces messieurs ne sont pas venus à Daoukro pour un règlement de compte, puisqu'il se raconte partout que Daoukro tient ses bons résultats aux examens chaque année, grâce à la tricherie. Même entre nous membres du secrétariat, il règne une atmosphère de suspicion. a relevé un des membres du secrétariat. Les enseignants retenus pour la surveillance eux aussi n'ont pas soutenu le contraire. Nombre d'entre eux menaçaient de boycotter la fin des épreuves. Si le président et son secrétariat ne font confiance en personne, qu'ils aillent surveiller leurs épreuves seuls , dira l'un d'entre eux. Pour les candidats, c'était le même son de cloche. Moi personnellement, je suis contre la tricherie, mais cette façon de surveiller aussi étaient exagérée. Ils nous ont traumatisés, et comme je suis un membre de la F.E.S.C.I, nous n'allons pas restés sans réaction croyez-moi. a lancé un candidat. Approchés pour en savoir plus sur ce qui leur était reproché, ni le président, ni son vice n'a accepté de nous recevoir. Toutefois, deux élèves pris en flagrant délit de tricherie ont été expulsés de leur salle de composition et un rapport aurait été rédigé contre eux et adressé à la D.E.C.O (Direction des Examens et Concours.)
Au centre du lycée moderne 2, le président de jury a précisé qu'il a enregistré un seul cas de fraude. Ce cas sera transmis à la D.E.C.O.
AGNES KOUA, correspondant


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur