Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 8 août 2008 par Fraternité Matin

Dans le cadre de ses activités de lutte contre le VIH/SIDA en Côte d'Ivoire et particulièrement dans les zones CNO, l'Ong Care International bénéficie depuis 2004 de financements de trois grands projets aux objectifs spécifiques précis: Cara (financé par Pepfar), Prema et Oasis (par le fonds mondial) d'un coût total de 4.017.329.889 F. Ce chiffre a été révélé au cours d'une réunion bilan de coordination tenu les 23 et 24 Juillet à Korhogo, autour du thème la meilleure stratégie de coordination des activités en matière de lutte contre le VIH/SIDA. Ces différents projets s'exécutent avec l'étroite collaboration de 58 partenaires opérationnels dont les organisations locales et leurs coordinations dans les régions peu desservies centre, nord et de l'ouest du pays. Une soixantaine de partenaires opérationnels, institutionnels et les ministères techniques venus de Korhogo, Abidjan, Bouaké, Boundiali, Ferké, Man, Séguéla et Odienné ont participé à la réunion. Au niveau de la mise en ?uvre desdits programmes, il ressort que des milliers de personnes ont été sensibilisées, celles vivant avec le VIH et les familles d'enfants orphelins du virus (OEV) sont prises en charge. Dans l'ensemble, on retiendra d'une part de cette 10ème réunion que la lutte contre le VIH/sida en Côte d'Ivoire est marquée par un engagement politique fort à travers l'existence d'un Plan stratégique national 2005-2010 et la création de plusieurs structures techniques. D'autre part, que les participants se sont réjouis de la disponibilité d'outils nationaux (papiers et électronique) de collecte de données et de rapportage, de l'élaboration des indicateurs consensuels nationaux, du renforcement de la coordination entre la partie nationale et les partenaires de mise en ?uvre et entre ces derniers eux-mêmes pour assurer la fiabilité des données VIH/sida, la complétude et la promptitude des données, le renforcement de la transmission des données de la périphérie vers la partie centrale en passant par le niveau intermédiaire des partenaires au développement vers les structures centrales de la mise en ?uvre effective et efficiente de l'approche district. Les principaux acquis de cette lutte sont la réduction de la prévalence nationale de 10-12% en 2000 à 4,7% en 2005, la multiplicité des partenaires nationaux et internationaux de mise en ?uvre et des activités menées et la disponibilité de ressources diverses pour le renforcement de la réponse nationale.




Martial Niangoran
Correspondant régional


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur