Identifie Toi     Inscris Toi

lundi 4 août 2008 par Nord-Sud

Le top départ de la caravane du Festival de la route des reines et des rois a été donné hier à Adzopé par une conférence de presse animée par le ministre de l'Intégration africaine.


La 6è édition du Festival de la route des reines et des rois a débuté hier par l'étape d'Adzopé. A la cérémonie inaugurale, qui a eu lieu au centre culturel de la ville, Amadou Koné, ministre de l'Intégration africaine, a prononcé une conférence. Il a axé sa réflexion sur la royauté et la chefferie traditionnelle dans l'Afrique d'avant la constitution des Etats modernes, la royauté et la chefferie traditionnelle, la vocation de la royauté et de la chefferie traditionnelle dans l'Afrique des Etats constitués. Selon lui, l'Afrique de la royauté et des chefferies traditionnelles, c'est l'Afrique intégrée. Ce qui montre bien que dans les Etats modernes constitués, la royauté transcende les frontières et les Etats. Il a indiqué que l'?uvre du Pr. Amoa Urbain est l'illustration parfaite de ce qui doit être fait à grande échelle pour faire de la chefferie traditionnelle un interlocuteur obligé dans l'administration de l'Etat moderne. Et M. Amadou Koné d'ajouter : En tant que ministre de l'Intégration africaine, je puis vous assurer que je ne ferai l'économie d'aucun effort pour faire entendre la voix de la royauté et de la chefferie traditionnelle, pour montrer la complémentarité qui existe entre le pouvoir souverain de l'Etat moderne et le pouvoir spirituel que nos rois et chefs traditionnels incarnent . A ce sujet, il dira que l'institut de l'intégration africaine créé à Praia, au Cap Vert, est déjà un instrument que les décideurs de l'intégration africaine, au plan régional, mettent au service de la royauté et de la chefferie traditionnelle pour faire entendre leurs voix et pour servir de cadre aux chercheurs africains. Cela doit, selon lui contribuer à mieux faire connaître le rôle de la royauté et de la chefferie traditionnelle dans le fonctionnement de l'Etat moderne. A cela, il faut ajouter le projet Most dont la synthèse des travaux est imminente. Poursuivant, il indique que son ministère, à travers le bureau ivoirien pour la promotion de l'intégration africaine, est en partenariat avec l'université Charles Louis de Montesquieu. Pour entreprendre toutes actions susceptibles de faire des chefs traditionnels et rois des acteurs privilégiés de l'intégration. A sa suite, M. Alphonse Lato N'Guia a fait l'historique du peuple Akyé. Il a présenté sa culture et sa tradition. M. Augustin Kouadio Komoé, ministre de la Culture et de la Francophonie a défini la culture comme étant ce que l'on apporte comme solution à son environnement. Selon lui, c'est la transformation de la société par l'homme qui constitue la culture. C'est pourquoi, il dira : C'est par la culture que la Côte d'Ivoire se développera . Il a invité tous les faiseurs de culture, tous les Ivoiriens à être des opérateurs culturels. Notons que des prestations de groupes traditionnels ont donné un cachet particulier à cette cérémonie.


Seka Bruno, Correspondant régional


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur