Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 19 juin 2008 par Notre Voie

Le Tonfa, arme de base de l'art Kobudo fait son apparition au sein de la grande famille du karaté ivoirien, tout style confondu. Il sert à combattre et à assurer la sécurité. Originaire de l'île d'Okinawa, le Tonfa était un outil agricole rudimentaire utilisé pour écraser de la céréale et servait de manivelle de moulin. Il mesure 50 cm et s'utilise en paire. Il est devenu en 1677 un élément de combat pour les Japonais qui, à l'époque, avaient dépouillé les traditions de toutes leurs armes. L'interdiction de port d'armes a contraint les populations à créer un mode de défense, le Tonfa moderne. Le Tonfa moderne vient s'ajouter aux éléments de combat de karaté tout style confondu. Sa particularité, c'est que c'est une arme de 6ème catégorie. Sa pratique est encore timide chez nous. Nous entamons sa promotion?, confie Me Amichia Kassi Brou, ceinture noire 3e dan de karaté wado-ryu, vice- champion 1992 en kumité de Côte d'Ivoire. Il est spécialiste en maniement de Tonfa depuis 2006. Selon lui, le Tonfa est utilisé aussi bien en karaté que comme moyen de sécurité. Aux Etats-Unis, dira-t-il, les policiers américains pratiquants du Kobudo ont transformé leur bâton de sécurité en y ajoutant une poignée latérale au quart de sa longueur, donnant ainsi naissance au Tonfa moderne, connu sous le nom de PR-24. Sans arme à feu, on peut se défendre valablement avec le Tonfa moderne. Notre objectif est qu'il s'utilise chez les forces de défense et de sécurité et qu'on crée une association des pratiquants de Tonfa moderne pour faire sa promotion?, relève Me Amichia Kassi. Outre l'aspect combat, le Tonfa moderne joue un rôle secondaire. On peut escalader un mur de 5 étages avec du Tonfa, immobiliser un membre fracturé en l'utilisant comme un portoir ou une attelle. Il intervient aussi comme une cale pour immobiliser un véhicule sur une côte?, ajoute-t-il.
Le Tonfa moderne est fabriqué en ce moment aux Etats-Unis. Mais en attendant son importation, il peut être fait avec du bois sur place sous la supervision des spécialistes.




Ephrem Touboui


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur