Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 21 mai 2008 par Le Temps

Alors qu'il s'apprête à disputer avec Chelsea sa première finale de Ligue des Champions face à Manchester, Didier Drogba a accepté d'évoquer sans-faux semblants cette rencontre au sommet, un match qui ne lui "fait pas peur". Régulièrement donné partant, le buteur ivoirien n'oublie pas pour autant son ancien entraîneur, José Mourinho, pour qui il éprouve "beaucoup de respect".
Didier, que ressentez-vous à quelques heures de cette finale de Ligue des Champions?
Ce sera un match très important, peut-être le plus gros de ma carrière. Cette rencontre sera, comme toujours contre Manchester, serrée et compliquée à négocier et je pense que tout se jouera certainement sur des détails comme l'état de fraîcheur physique des équipes, par exemple. Mais j'ai déjà disputé de grandes finales et ce match ne me fait pas peur. Vous étiez déjà à la lutte avec Manchester pour le titre de champion d'Angleterre, et maintenant pour celui de champion d'Europe. Quelle distinction faites-vous entre ces deux compétitions ?
Je pense que le plus important est d'avoir toutes les compétitions en bonne place sur son CV, et je n'ai pas vraiment de préférence entre les deux. Maintenant, étant donné que nous avons terminé deuxième de la Premier League et que j'ai déjà soulevé ce trophée à deux reprises (2005 et 2006, Ndlr), ce serait bien de gagner la Ligue des Champions ! "J'avais envie de partir"
Avez-vous un sentiment de revanche par rapport à la dernière finale européenne que vous avez disputée ? (défaite avec l'OM contre Valence 2-0, Ndlr)
On ne peut pas comparer ces deux finales, cela n'a rien à voir. Déjà, j'avais été blessé à la hanche contre Monaco une semaine avant, une blessure qui m'avait empêché de donner le maximum contre Valence ce soir-là. C'était ma première saison à Marseille et nous avions atteint cette finale de l'UEFA après un long parcours, alors que cette fois nous allons disputer avec Chelsea la première finale de Ligue des Champions de l'histoire des Blues, ce qui constituait un objectif du club. Vous évoquez souvent votre attachement pour Marseille, même si vous n'avez évolué qu'une seule saison au sein du club phocéen. Comment expliquez-vous cela ?
Quand j'ai signé à l'OM, j'ai vraiment été adopté, et cela se mérite. J'y ai passé une année extraordinaire et lorsque je suis arrivé à Chelsea, j'ai dû tout reprendre à zéro et je n'arrivais pas à oublier Marseille. J'étais alors dans une situation paradoxale où, à chaque intersaison, j'avais envie de partir. C'était également difficile de remplacer un joueur comme Hasselbaink mais ma relation avec les supporters a évolué et se rapproche maintenant de celle que je pouvais avoir à Marseille. De nombreuses sources évoquent votre départ à l'intersaison, il se dit même que vous pourriez rejoindre votre ancien entraîneur, José Mourinho...
(Il coupe) Pour le moment, je suis concentré sur la finale de la Ligue des Champions, alors ce qui pourrait se passer dans un mois ou deux, je n'ai pas le temps d'y penser... En ce qui concerne José, c'est quelqu'un qui compte beaucoup pour moi, on peut même dire qu'il a amélioré ma vie ! Il a réussi à faire de Chelsea un grand d'Europe et a toujours cru en moi. Il y a beaucoup de respect et de sincérité dans nos rapports, et c'est ce qui est le plus important.

Sports.fr


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur