Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 24 avril 2008 par Notre Voie

La sous-préfecture de Kpouébo, dans le département de Toumodi a réservé un accueil très chaleureux à la Première dame mardi. Au nombre de son auditoire, les enseignants à qui elle s'est adressée.
A qui faites-vous du tort ? A vous-mêmes, à votre pays ?. Mardi dernier dans la petite commune de Kpouébo (département de Toumodi), Simone Ehivet Gbagbo a exprimé son indignation face à l'attitude des enseignants devenus friands des grèves. Cette journée marquait la fin de deux jours d'activités dans le département. Partout, les populations ont fait montre d'une mobilisation totale, malgré la campagne d'intoxication du RHDP. A Kpouébo, sous-préfecture située non loin de Toumodi, elle s'est particulièrement adressée aux enseignants qui font des grèves intempestives, malgré la situation que connaît le pays. Je vais défendre votre dossier et faire en sorte que votre collège ait l'électricité. Mais quand cela sera fait, je ne veux pas entendre parler de grève des enseignants. On ne peut pas passer son temps à faire la grève alors que l'on sait que le pays est en guerre, a-t-elle indiqué aux enseignants du collège moderne de Kpouébo qui ont effectué nombreux le déplacement pour assister au meeting.
La Première dame a expliqué qu'elle-même est syndicaliste et qu'elle a dirigé de nombreuses organisations dont le SYNARES. Mais elle n'a jamais considéré la grève comme une arme dont il faut faire usage à tout moment.
On se débat pour conserver notre pays, mais il y en a qui ne veulent que faire des grèves, s'est-elle indignée.
Le réseau électrique de la commune ne relie en effet, pas les bâtiments du collège. Ce qui oblige les encadreurs à laisser partir les enfants avant l'heure, dès que le soleil va se coucher.
Mais les difficultés des enseignants ne s'arrêtent pas là. Lors de l'accueil de la délégation de la Première dame, ils ont brandi des pancartes pour se faire remarquer. Mme Gbagbo, les enseignants sans logement vous saluent, pouvait-on lire. Selon Emilienne Kouamé, professeur de science de la vie et de terre, l'établissement existe depuis trois ans. Il a sept classes dont trois de 6ème, deux de 5ème, deux de 4ème et un seul enseignant pour chacune des matières de français, d'EPS et d'Anglais. Il n'y a pas de logement. Les enseignants vivent à trois ou quatre dans la même maison. Cela ne les arrange pas, car ils sont obligés de laisser leur famille à Abidjan où ils louent déjà une maison. L'intendant et l'éducateur vivent la même situation, explique la jeune femme. Elle précise toutefois qu'elle est originaire de Kpouébo et n'a donc pas les mêmes problèmes que ses collègues.
Sur les neuf enseignants du collège, huit sont sans logement. Alors qu'ils ne sont pas en nombre suffisant. Le collège dispose de deux professeurs de mathématiques, deux des sciences physiques, deux d'histoire et géographie et deux d'ECM. Et comme il n'y a pas de professeur d'espagnol, c'est le principal qui se charge de donner ces cours.
Les enseignants ont donc longuement et bruyamment applaudi la promesse de la Première dame de les aider à obtenir l'électricité. Ce qui représente déjà une amélioration de leurs conditions de travail en attendant des solutions aux questions de logement et de professeurs.
Simone Gbagbo a quitté Toumodi mardi dernier. Elle aura animé trois meetings au cours de la même journée. A partir de vendredi, elle attaque le département de Didiévi, puis celui de Tiébissou.

Paul D. Tayoro Envoyé spécial


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur