Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 3 avril 2008 par Le Nouveau Réveil

Le président du FNID (Fond national d'initiative démocratique), Tapé Koulou Laurent a animé un point de presse le mercredi 02 avril dernier à son domicile, sis à la Riviera Palmeraie. Au cours de cette conférence, il s'est prononcé sur les manifestations de rue contre la cherté de la vie qui ont fait un mort dans les rangs de la population. Le président Tapé Koulou, a dit que c'est un signe annonciateur de ce qui risque de se passer et qui serait beaucoup plus grave si les mesures arrêtées par le Président Gbagbo et son Premier ministre Soro n'étaient pas effectivement appliquées sur le terrain. Il dit soutenir pleinement ces manifestants parce que c'est une situation que tous les Ivoiriens vivent sur le territoire ivoirien. Pour Gbagbo qui se croyait adulé par la population, a-t-il indiqué, ce genre de manifestations populaires, spontanées sans mot d'ordre d'un leader politique, est une véritable gifle, surtout que deux jours auparavant le Président Gbagbo était allé danser avec des amis à la rue princesse, au mépris de la souffrance des Ivoiriens. "Je l'avais dit, la prochaine guerre que connaîtra notre pays, ce sera celle des pauvres contre les riches", assènera-t-il. Le président Tapé Koulou de s'étonner qu'un décret soit pris pour mettre fin au calvaire des Ivoiriens et que depuis 3 mois, celui-ci ne soit pas encore mis en application. Ce qui signifie pour lui "que son gouvernement est soit incapable, soit irresponsable". Dans tous les cas, a-t-il préconisé, "il faut chasser tous ceux qui sont mêlés à cet état de chose. A commencer par le ministre du Commerce, le Directeur général des Impôts et celui des douanes. Tous doivent être sanctionnés". Le président du FNID a terminé en lançant un appel au gouvernement et au président Gbagbo pour leur dire que "d'ici 48 heures, si les choses ne changent pas, la situation serait très critique pour nos gouvernants". Car ils savent que c'est sur la pression de la rue qu'ils sont venus au pouvoir et c'est cette même rue qui risque de les emporter", dixit Tapé Koulou.
Poy


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur