Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 4 mars 2008 par Notre Voie

Koudou Zeugbeuh Evariste, le secrétaire général du Syndicat national des enseignants du second degré de Côte d'Ivoire (SYNESCI) ne dirigera plus ce syndicat à partir du 21 mars prochain. Il ne se présentera pas au 23ème congrès ordinaire de ce syndicat qui aura lieu les 18, 19, 20 et 21 mars prochain au Cafop qupérieur de Grand-Bassam et qui aura pour thème : Quel syndicalisme pour un développement économique et social dans un pays en crise : cas de la Côte d'Ivoire ? .Elu au congrès de 2004 il a été , réélu au congrès de 2006. Les textes du Synesci précisent que le secrétaire général dudit syndicat est élu pour un mandat de deux ans renouvelable une fois. Que les militants du Synesci viennent massivement à ce congrès. Ce congrès sera celui de la maturité et de la rigueur. Ce congrès donnera un nouveau souffle au Synesci, préservera les acquis, briser, les barrières de la méfiance, de l'inculture, de la non formation syndicale. Ce sera une occasion pour que les militants prennent une part active à la vie du Synesci, le portent à bout de bras, le financement , a-t-il déclaré samedi dernier ,au siège du Synesci à Yopougon. Son seul regret , c'est de n'avoir pas pu réunifier ce syndicat.Nous aurions souhaité que le Synesci vive sa plénitude avec tous ses militants qui regardent dans la même direction. Malheureusement, des militants ont d'autres objectifs qui ne sont pas syndicaux. ?, a-t-il déploré. Sa grande satisfaction, c'est d'avoir gagné la bataille du profil de carrière. Il nous reste la bataille de la signature des arrêtés d'application. Nous voulons rendre ici un hommage appuyé au chef de l'Etat. Notre combat n'est pas dirigé contre un individu mais nous nous battons pour la défense des intérêts moraux et matériels de nos militants. Que le gouvernement comprenne que sans structure syndicale forte dans un pays, le développement prend un coup. Les syndicats sont des acteurs importants du dialogue social. Que nos camarades fassent leur autocritique dans les bases pour faire des propositions concrètes à ce congrès. Cela, pour que le Synesci se porte mieux, pour que ce syndicat soit l'affaire de tous les militants ?, a-t-il précisé.
Dix secrétaires généraux se sont succédé à la tête de ce syndicat. Feu Djéni Kobénan (1970-1971), Angèle Gnonsoa (1971-1973), Boussoubou Koffi (1973-1978), Biagné Gnépé Pierre (1978-1982), Akoun Laurent (1982-1987), Djanwé Kouakou (1987-1991), Bouankan Emile (1991-1992), Tapé Kipré (1992-1996), Diomandé Sandé Félix (1996-2000) et Soro Mamadou (2000-2004).






C.B.


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur