Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 7 février 2008 par 24 Heures

Le Président Laurent Gbagbo a effectué une visite éclair de quelques heures à Libreville. Au- delà du dégel des relations entre Abidjan et la capitale du Gabon que ce bref voyage visait, le chef de l'Etat ivoirien a voulu pratiquer une lézarde dans la muraille du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix dont l'une des têtes de proue, Alassane Dramane Ouattara est réputé avoir des rapports plus que privilégiés avec le Gabonais Omar Bongo. En prenant le c?ur de l'ami d'Ado, c'est prendre une sérieuse option sur le sien propre, en est-on convaincu du côté du palais du Plateau.

La stratégie est aussi vieille que le monde, et tous les stratèges politiques s'en font leur bréviaire : diviser pour mieux régner .
Depuis l'annonce de la prochaine présidentielle pour au plus tard la fin du premier semestre de 2008 , le Président Laurent Gbagbo ne s'interdit aucun moyen.
Pourvu qu'il serve ses intérêts électoralistes.
C'est le sens du brusque dégel des relations avec son homologue gabonais Omar Bongo Odimba.
Relations qui s'étaient, comme chacun s'en souvient, vitrifiée à l'époque où le chef de l'Etat ivoirien lançait en des termes très peu amènes que Bongo était un rigolo .
Selon la ?'Lettre du Continent'' (7 février 2008), c'est au récent sommet Europe-Afrique, le 8 décembre à Lisbonne au Portugal que les premiers jalons de la réconciliation Bongo-Gbgabo ont été posés.
Le voyage du 29 janvier n'aura été pour le chef de l'Etat ivoirien que la transformation de l'essai.
Pourquoi le héros des refondateurs viserait aussi loin dans le cadre d'une élection qui se tiendra dans le marigot ivoirien ? C'est le journaliste français Antoine Glazer, propriétaire de l'hebdomadaire ?'La lettre du continent'' qui en donne le mieux la réponse.
Lors d'un débat auquel il a participé en semaine dernière sur TF1, il a estimé que la recomposition des blocs d'intérêt politique en Côte d'Ivoire est loin d'être achevée.
Et qu'à l'approche de la présidentielle, le Rhdp pourrait bien sauter au profit d'un front républicain bis.
L'analyste français a-t-il eu tort ? Il est très prématuré de trancher.
Pour sûr, le Président du Rdr, Alassane Dramane Ouattara est l'objet d'une cour de plus en plus empressée.
C'est dans ce cadre qu'il faut placer les avances que Laurent Gbagbo fait à son ami Omar Bongo.
Lors du congrès du Rdr (1,2 et 3 février), le Président du Fpi Pascal Affi N'Guessan a été même jusqu'à rappeler les bons souvenirs à son ancien tison .
Comme pour ne pas brider toutes ces ardeurs, Alassane Dramane Ouattara dans l'interview parue le mercredi6 février dernier dans le quotidien ?'Le Nouveau Réveil'' a admis implicitement qu'il n'est fermé à personne.
Pour mieux comprendre pourquoi tous les stratèges du camp présidentiel ont jeté leur dévolu sur le leader du Rdr, il faut se référer à un extrait de la Biographie du ministre Cissé Bacongo consacré justement au président de son parti.
Cet extrait reprend des phrases de Laurent Gbagbo.
Il est libellé comme suit : Vous comprenez ! nous nous sommes battus pour que le serpent (le Pdci) se coupe en deux.
Le serpent s'est coupé en deux ().
Cependant, le Fpi ne perd pas de vue l'essentiel.
L'essentiel ? Pour lui, le dernier-né des partis, et, à travers lui, son inspirateur de l'ombre d'alors, Alassane Ouattara, sont et demeurant, avant tout, des adversaires politiques, au même titre que le Pdci et le pouvoir issus de ses rangs.
Le nouveau parti est un adversaire d'autant plus sérieux que, de l'obédience politique du centre à laquelle il se rattache idéologiquement, il recrute, déjà, massivement, aussi bien à sa gauche qu'à sa droite, les modérés des deux camps, avec un discours, rassembleur articulé sur l'idée de la nécessité d'un ?'nouveau consensus national''.
Fallait-il, dans ces conditions, livrer bataille en même temps à ces deux adversaires politiques ? Deux raisons militent en faveur de la négation .
Tout est dit et bien dit.
La cour actuelle faite à Alassane Ouattara via son ami Omar Bongo n'a d'autre but que de l'éloigner de son allié au sein du Rhdp, Konan Bédié.
Ainsi divisés, ils pourraient plus facilement être combattus l'un après l'autre.


Théodore Sinzé



Inscrivez vous pour postez un commentaire sur