Identifie Toi     Inscris Toi

samedi 2 février 2008 par Notre Voie

La France a raison de s'inquiéter des succès de Laurent Gbagbo sur le terrain, mais donne dans l'illusion en pensant qu'un Bédié ou un Ouattara peut changer le cours des choses. Laurent Gbagbo est né sur le terrain, y a grandi et y demeure. Depuis ses débuts en politique, il a pris l'option du contact permanent avec le peuple. Dans l'opposition, il a parcouru villes, villages et hameaux. Mieux, en allant vers le peuple, il avait dans ses valises des propositions de solutions aux maux du pays. Au niveau de la santé, de l'éducation, de l'économie, et même de la politique, il avait des propositions. C'est pour ces idées que les Ivoiriens l'ont élu. Malheureusement, la France ne lui a pas laissé le temps de mettre à exécution les nombreux projets porteurs d'espoir pour le peuple, mais que l'Hexagone trouve dangereux pour son emprise sur le pays et ses visées néocoloniales. Et c'est aussi pour ces idées que le peuple s'est soulevé pour dire non à la déstabilisation de Laurent Gbagbo. Alors, la guerre finissant, Gbagbo repart à la rencontre de ses concitoyens. Et si Bédié et Ouattara devaient s'y essayer, ils n'auraient que les injures en bouche. Ils ne proposeront rien de concret aux Ivoiriens. Ils se chargeront de formules vagues du genre Nous allons changer les choses? sans dire comment. Par conséquent, que la France ait le courage d'arrêter sa course contre Laurent Gbagbo !

Dan Opéli


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur