Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 1 février 2008 par Le Jour

Etude sur la formation des journalistes ivoiriens est un ouvrage qui met en relief la nécessaire formation des journalistes.

C'est un ouvrage de 85 pages qui est le résultat d'une étude effectuée par Zio Moussa. Sur la formation des journalistes ivoiriens. Selon l'auteur, les objectifs de cette étude sont nombreux. Entre autres dresser l'état des lieux en analysant les résultats obtenus en quinze années. Diagnostiquer les forces et les faiblesses des séminaires de formation. Analyser le contenu pédagogique, le dispositif de formation, le choix et les critères de sélection des journalistes et des médias bénéficiaires des séminaires Dans cette ?uvre, l'auteur met l'accent sur plusieurs thèmes. Notamment l'action des partenaires au développement des médias. Le dispositif de formation à l'école de la théorie etc. Evoquant le premier point, l'auteur explique que le besoin de formation selon l'étude qu'il a affectuée était sans doute réel et très fort. L'apprentissage qui, même très théorique, permettra aux uns et aux autres d'ajouter une formation professionnelle et pratique à leur cursus universitaire ou scolaire. Il relève que les partenaires au développement ont apporté leur onction par la mise à disposition des organisateurs des budgets. Concernant le dispositif de formation l'auteur n'a pas manqué de souligner l'inexistence de structures compétentes en matière d'approches et de contenus pédagogiques. Le soin laissé aux formateurs de définir le contenu des formations n'est pas un facteur de dynamisation et d'efficacité. Cela explique aussi qu'à l'exception des stages d'initiation aux spécialisations l'essentiel du contenu des séminaires ait été réduit à l'écriture journalistique, aux techniques de base du traitement de l'information. Dans cette ?uvre, Zio Moussa met un accent particulier sur l'école de la théorie. Pour lui les genres rédactionnels et les techniques d'écriture journalistiques étaient un peu le voeu d'or auquel les séminaires ont voué un culte. Ce n'est pas sans intérêt. La confusion des genres qui connaît son âge d'or avec la presse ivoirienne, une presse essentiellement d'opinion qui mélange allègrement faits et opinions, commentaires et informations. Selon lui, plusieurs facteurs sont à la base de ces quelques dérives de la presse. Ainsi en parcourant les 85 pages de l'étude sur la formation des journalistes ivoiriens l'on se rend compte que cette ?uvre est le résultat d'une étude sur la formation des journalistes en Côte d'Ivoire. Afin d'établir un état des lieux des formations réalisées dans le domaine journalistique en Côte d'Ivoire de 1990 à 2005.


Rokia Sidibé


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur