Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 30 janvier 2008 par Autre presse

Eurosport - Tenue en échec par la Zambie (1-1), l'Egypte termine première du groupe C et se qualifie pour les quarts de finale de la CAN. Les tenants du titre seront accompagnés par le Cameroun, qui a battu Soudan (3-0). Auteur d'un doublé, Samuel Eto'o est devenu le meilleur buteur de l'histoire de la CAN.

Plus d'infosGroupe C : Classement
1/4 : Programme
CAMEROUN - SOUDAN : 2-0


Buts : Eto'o (27e, 90e), Ali Khider (34e, csc)

Les Lions sont bien réveillés ! Après sa déconvenue surprise du premier match face à l'Egypte (4-2), le Cameroun a su retrouver un niveau de jeu suffisant pour se qualifier pour les quarts de finale de la CAN en venant à bout du Soudan (3-0) après avoir réagi contre la Zambie (5-1). D'entrée, les partenaires de Samuel Eto'o partent à l'assaut du but des Faucons du désert. Job et Eto'o (3e) mettent à contribution El Moez qui paraît bien fébrile dans ses arrêts. La nette domination des hommes d'Otto Pfister tarde cependant à se concrétiser en but.

Il faut une accélération d'Emana pour débloquer la situation. Le Toulousain obtient un penalty suite à un accrochage avec Alaeldin. Eto'o prend alors El Moez à contre-pied (1-0, 27e) et devient du même coup le seul meilleur buteur de l'histoire de la CAN avec 15 réalisations devant l'Ivoirien Laurent Pokou (14 buts). Le Soudan prend ensuite un second coup derrière la tête quand Ali Khider trompe son propre gardien après une partie de billard initiée par Epalle (2-0, 33e).

La qualification en poche, le Cameroun se contente ensuite de gérer son avantage sous les yeux de Roger Lemerre. Le sélectionneur de la Tunisie est venu observer son probable adversaire du prochain tour. Mais les Lions Indomptables ne proposent plus grand chose en seconde période et attendent le Soudan pour jouer en contre. Cette tactique se révèlera payante en toute de fin de match avec l'inévitable Eto'o qui rajoute une unité à son compteur de buts sur une belle ouverture de M'Bami (3-0, 90e+2). Le prochain adversaire du Cameroun est prévenu, le sprint des Lions ne fait que commencer.

EGYPTE - ZAMBIE : 1-1


Buts : Zaki (16e) pour l'Egypte - Katongo (87e) pour la Zambie

A Kumasi, les Pharaons ont exaucé leurs voeux avec sérénité et efficacité. Comme à l'accoutumée. Les Egyptiens n'avaient besoin que d'un point pour atteindre les quarts de finale après leurs démonstrations face au Cameroun (4-2) et au Soudan (3-0). Une tâche que les champions en titre, prétendants de plus en plus sérieux à leur propre succession, ont réalisé avec application à défaut de brio.

Sur la première véritable occasion du match, Moawwad offre un centre parfait à Zaki qui ouvre le score d'une reprise de volée à bout portant (1-0, 15e) et met déjà terme au suspense. Dominés par le Cameroun (5-1), les Chipolopolo, pâtissant d'un goal-average particulier très négatif et obligés d'espérer une victoire soudanaise face à des Camerounais au moral retrouvé, voient s'envoler leurs derniers espoirs. La blessure de Mwanza (31e), leur incapacité à trouver des positions de tir et surtout les assauts répétés des Egyptiens n'arrangent rien. Une lourde frappe et une tête de Fathi (33e, 45e) sont tout près d'assurer à l'Egypte un succès par K-O dès le premier acte.

Mais à défaut de qualification, les Zambiens s'échineront à laver leur honneur par un coup d'éclat avant de rentrer à Lusaka. Si l'intenable Zaki a encore l'occasion de propulser les Pharaons vers un troisième succès de rang sur une tête juste au-dessus (47e) et un tir terrible faisant briller Mweene (58e), les hommes de Phiri refont surface dans la dernière demi-heure. Deux frappes lointaines de Katongo (66e) les sortent de leur torpeur, avant qu'une tête d'Hachilensa (79e) et un tir puissant de Chamanga (84e) ne rasent le cadre. Finalement, la Zambie obtient gain de cause sur une bonne inspiration de Katongo, qui efface Fathi et trompe El Hadari à bout portant (1-1, 88e). Pour l'Egypte, ce but ne change rien. Les Pharaons sont tournés vers leur quart de finale et leurs espoirs d'un sixième sacre.

Sylvain TIA THONG FAT & Julien BIGORNE / Eurosport


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur