Identifie Toi     Inscris Toi

dimanche 4 decembre 2016 par APA

Le Forum national pour le développement de la formation et l'insertion professionnelle (FONAFIP), une plateforme composée d'enseignants et d'étudiants, a procédé, samedi, à Bouaké (379 km au Nord d'Abidjan) au lancement de ses activités, en vue d'apporter des réponses ?'concrètes'' à la problématique de la triptyque inadéquation formation-emploi, recherche d'emploi et insertion professionnelle des diplômés en Côte d'Ivoire, a constaté APA sur place.

Pour le président de cette plateforme, Siaka Ouattara qui s'exprimait au cours d'une conférence de presse, il s'agit d'une part, de présenter au grand public ?'le bébé (FONAFIP) qui vient de naître à la suite de longues séances de travail et de réflexion'' et d'autre part, de procéder au lancement officiel des activités de cette plateforme qui se veut un cadre d'échanges, un lieu du ?'donner'' et du ?'recevoir'', en somme ?'un marché de la recherche de l'emploi''.

Aussi, a-t-il expliqué, ?'comme il n'y a pas d'emploi sans formation adéquate, alors le forum (essentiellement composé d'enseignants) développera cet aspect''.

Poursuivant, le conférencier a dévoilé l'agenda de son organisation, qui prévoit réunir autour d'un salon chaque semestre, les acteurs du secteur du marché de l'emploi (enseignants, étudiants, demandeurs d'emploi, entreprises, financiers, décideurs) pour analyser les potentialités d'emploi du moment et relever les difficultés d'accès au marché.

?'Le marché de l'emploi est fermé, notre souci est de briser ses grandes portes et les ouvrir au maximum à nos étudiants'', a insisté Siaka Ouattara.

En outre, a conclu le président du FONAFIP, ?'la finalité ici, c'est de trouver de l'emploi pour le maximum de nos apprenants'' et pour y arriver il faut entre autres, selon lui, continuer à adapter la formation à l'emploi, trouver les moyens de création de nouveaux emplois, développer de nouvelles techniques de recherche d'emploi.

Selon le gouvernement ivoirien, le taux de chômage en Côte d'Ivoire était officiellement estimé en 2014 à 5,3%, selon les critères du Bureau international du travail (BIT). Cependant, précise le même gouvernement ?'en tenant compte des travailleurs rémunérés en dessous du Salaire moyen interprofessionnel garanti (SMIG), ce chiffre atteint 9,4% puis 25% en incluant les sous-emplois''.

CK/ls/APA

Commentaires


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur