Identifie Toi     Inscris Toi

samedi 28 novembre 2015 par Service d'Information de l'ONU

Le nombre de décès d'adolescents imputables au sida a triplé au cours des 15 dernières années selon de nouvelles données publiées vendredi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Le sida est la première cause de décès chez les adolescents en Afrique et la deuxième cause de décès chez les adolescents au niveau mondial. Parmi les populations touchées par le VIH, les adolescents sont le seul groupe pour lequel les chiffres relatifs à la mortalité ne sont pas en diminution.

En Afrique subsaharienne, la région qui affiche la plus forte prévalence, les filles sont considérablement plus touchées et comptent pour 7 sur 10 des nouvelles infections parmi les 15-19 ans.

Et pourtant, 1 adolescent seulement sur 10 de ce groupe d'âge est testé pour le VIH dans la région.

Il est crucial que les jeunes qui sont séropositifs au VIH aient accès à un traitement, à des soins et à un soutien , a déclaré Craig McClure, Chef des programmes mondiaux sur le VIH/sida pour l'UNICEF, au Critical Thinking Forum ( Forum sur la pensée critique ) organisé à Johannesburg. De même, ceux et celles dont le test VIH se révèle négatif doivent avoir accès aux connaissances et aux moyens nécessaires pour le rester .

Selon les données présentées par l'UNICEF dans ses statistiques actualisées sur les enfants, les adolescents et le sida, moins de la moitié des enfants de moins de 2 mois sont testés pour le VIH. Un sur trois seulement des 2,6 millions d'enfants de moins de 15 ans qui vivent avec le VIH bénéficie d'un traitement.

Ces nouvelles données montrent que la plupart des adolescents qui meurent de maladies liées au VIH ont été infectés par le virus pendant leur petite enfance, il y a 10 à 15 ans, à l'époque où un nombre moins important de femmes et de mères vivant avec le VIH recevaient des antirétroviraux pour prévenir la transmission du virus de la mère à l'enfant. Ces enfants ont survécu jusqu'à leurs années d'adolescence, parfois en ignorant leur statut séropositif. ... suite de l'article sur Autre presse


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur