Identifie Toi     Inscris Toi

samedi 28 novembre 2015 par Le Nouveau Réveil

C'est aujourd'hui que le coup d'envoi de la Ligue1 de football sera donné à travers plusieurs stades. La certitude a été donnée par la Ligue professionnelle de football qui indique avoir mis les dirigeants d'accord sur le démarrage de la compétition. L'affiche du week-end annonce de chaudes empoignades entre les favoris au titre. Mais le temps de la rencontre de mercredi dernier entre le président de la Ligue professionnelle et les dirigeants de clubs, beaucoup d'eau a coulé sous le pont. Selon des indiscrétions, des présidents de clubs ont tenu nuitamment une réunion afin de réclamer le report du démarrage de la Ligue. Car selon eux, les conditions ne sont pas réunies pour entamer le championnat. Le communiqué signé par le président de la Conférence des présidents, le président Yeboua Cévérin, est libellé comme suit. La Conférence des présidents de Clubs informe la presse nationale et l'opinion sportive qu'elle suspend sa participation à la reprise du championnat national de Ligue 1, prévue pour démarrer le samedi 28 novembre 2015. Face aux promesses non tenues de la Fédération ivoirienne de football (Fif) qui reste devoir 50 millions de Fcfa à chaque Club de Ligue 1, les conditions ne sont pas réunies pour le début de l'édition 2015-2016 du championnat national de Ligue 1. Aussi, la conférence invite-t-elle la Fédération ivoirienne de football à prendre les mesures idoines en vue de régulariser cette malencontreuse situation..

L'appel sera entendu par les clubs ?
A l'analyse, cet appel lancé par la Conférence des présidents pourrait être tardif. Car il intervient au moment où les différentes équipes qui doivent évoluer aujourd'hui ont déjà effectué le déplacement. Ainsi les Mimos sont à Abengourou, le Sporting club de Gagnoa fait sa mise au vert à Abidjan pour en découdre avec l'Africa sports. Dans ces conditions, il paraît difficile pour la Conférence des présidents d'atteindre son objectif de faire reporter le début du championnat. Et un confrère d'exprimer son indignation. Ils ne sont pas responsables ces présidents de clubs. Qu'ils prennent leur responsabilité au lieu de penser que la presse peut mener le combat à leur place a-t-il fait remarquer. Aussi notons-nous que le président de la Fif, Sidy Diallo, selon nos informations, se trouverait actuellement hors du pays. Il serait donc difficile pour les ?frondeurs? de pouvoir obtenir une solution à leur requête puisqu'il s'agit d'argent. Attendons donc de voir jusqu'où ira cette exigence de certains présidents de clubs. Wait and see !

Par DE BOUAFFO


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur