Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 27 aout 2015 par AIP

Abidjan ? La technologie du pain composé avec 85% de farine de blé et 15% de farine de maïs ou de manioc est en vulgarisation en Côte d'Ivoire, dans le cadre d'un projet financé par le Programme de productivité agricole en Afrique de l'ouest (PPAAO/WAAPP) et exécuté par le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles (FIRCA).

Lors de rencontres d'échanges initiées depuis lundi et ce, jusqu'à vendredi à la boulangerie pilote TOP Pain 4 située à Yopougon Port-Bouët 2, une équipe du PPAAO dont le secrétaire technique du projet, Hien Koumbou, s'emploie à expliquer à des patrons boulangers la technologie de fabrication de ce pain composé de farine blé enrichi de farine maïs ou de manioc utilisable en panification, a constaté l&# 39;AIP, mercredi.

L'atelier consiste en une sensibilisation et une démonstration suivies d'échanges entre les promoteurs et les boulangers. Par exemple, la démonstration part de la formulation de la farine au ressuyage du pain, via les étapes de pétrissage, de pointage, de façonnage, de fermentation finale et de cuisson.

Le pain ainsi produit présente pour les consommateurs des qualités nutritives et nutritionnelles prouvées, selon des spécialistes en la matière qui le conseillent, outre à la population en général, spécifiquement aux sportifs et diabétiques.

Selon les boulangers qui l'expérimentent à l'image de Yéo Valy de Top Pain 4 (groupe PHG), une forte demande est constatée au niveau de la clientèle car ce pain composé se révèle plus délicieu x, plus consistant et plus attrayant (belle couleur de croûte et arôme agréable).

Pour le boulanger donc, en plus du fait que la farine composée produit plus de baguettes (25 bâtons de plus produits avec 50 kg de farine), cette technologie présente des avantages certains dont l'amélioration de la qualité du pain et donc du gain.

J'ai décidé de ne plus garder le secret. On va donner le secret à 400 boulangers , a renchéri le président de l'Union nationale des patrons boulangers de Côte d'Ivoire (UNPBCI), Any Jean-Baptiste, qui expérimente cette technologie depuis 2013 après une formation suivie à Dakar, au Sénégal. Il a invité ses pairs intéressés à désigner des boulangers pour une formation gratuite à I2T où est installé un four de b oulangerie.

Ainsi, démarré avec 10 boulangers en 2013, le projet de pain composé s'est étendu à 50 depuis le mois de mars dernier, avant d'être en vulgarisation pour son extension à un plus grand nombre. D'ailleurs, après la présente campagne à Abidjan, ce sera au tour de villes de l'intérieur de recevoir l'équipe PPAAO/FIRCA, du 30 août au 04 septembre.

Les boulangers qui vont bien suivre le projet seront accompagnés à travers l'octroi gratuit, durant trois mois, de la farine de maïs ou de manioc de panification, a rassuré le patron de l'UNPBCI. Une bonne nouvelle qui a toutefois suscité l'inquiétude des acteurs quant à la disponibilité de la matière première ou à la pérennisation du projet, une fois que le PPAAO/WAAPP aura achevé sa part.

Plus globalement, ce projet visant la transformation de produits agricoles locaux va permettre la mise en place d'unités de transformation dans les grandes zones de production pour assurer la qualité de la farine, a révélé Hien Koumbou.

A ce niveau, les avantages qui en découlent sont notamment l'amélioration du marché des matières premières (manioc et maïs), l'augmentation du revenu des producteurs (OPA) et des transformateurs, la création d'emplois pour les femmes et les jeunes, et la valorisation des connaissances techniques et scientifiques. Ce projet est financé par la Banque mondiale, en collaboration avec l'UNPBCI. Il concerne aussi la farine de banane plantain qui est utilisée dans la pâtisserie.

(AIP)
cmas


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur