Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 19 juin 2015 par Abidjan.net

L'auditorium de la Bourse du travail de Treichville a servi de cadre à la célébration de la Journée de l'Enfant africain jeudi, en présence de la ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l'Enfant, Anne Désirée Ouloto.
La ministre a réaffirmé au cours de cette cérémonie, l'engagement du couple présidentiel et du Gouvernement ivoirien à veiller au strict respect des droits des enfants en Côte d'Ivoire. Le président de la République, Alassane Ouattara et la Première Dame mettent en priorité la question des droits humains en général et celle du droit des enfants en particulier , a dit Ann Ouloto.
Elle a au cours de son intervention évoqué les actions réalisées par le Gouvernement dans le cadre de la promotion et de la protection des droits des enfants. Ce qui a permis aux enfants présents et à la présidente du Parlement des Enfants de Côte d'Ivoire, Lath Acaffou Grace au rang de se rendre compte des avancées notables réalisées par l'Etat concernant la question des droits des enfants en Côte d'Ivoire.
Anne Ouloto a évoqué les réponses adressées par le Gouvernement sur les problématiques liées à la lutte contre le travail des enfants, la prise en charge médicale des enfants en vue de réduire la mortalité infantile, et également la prise en charge des enfants en difficulté. La ministre de la Solidarité de la Famille de la Femme et de l'Enfant a indiqué que les enfants ont besoin d'un meilleur encadrement afin de voir leurs rêves se réaliser. Exprimé comme une doléance par le Parlement des enfants, Anne Ouloto a rassuré les enfants sur la mise à disposition par l'Etat d'un budget en vue de leur permettre d'exécuter leur programme d'activités.
Les parents ont été interpellés par la ministre afin d'assumer leur responsabilité dans l'éducation et le suivi des enfants. Les parents sont les premiers remparts des enfants. Il importe qu'ils en prennent conscience. Les pesanteurs culturelles et sociales gênent le respect des droits de l'Enfant. Le statut des enfants doit être respecté. Il n'est pas concevable que les enfants soient retirés de l'école et obliger à aller se marier. Les enfants sont l'avenir de la nation. Ils doivent pouvoir choisir librement leur époux ou épouse une fois en âge de le faire et participer au développement de la Côte d'Ivoire , a clamé Anne Ouloto. Les enfants ont bénéficié de nombreux lots offert par des partenaires parmi lesquels la société DHL.
La ministre s'est ensuite rendue au Centre de rééducation de Dabou, à une quarantaine de kilomètre d'Abidjan pour communier avec les pensionnaires dudit centre dans le cadre de la célébration de la Journée de l'Enfant Africain. J'ai choisi de venir manger avec vous parce que la Côte d'Ivoire est une grande et belle famille , a dit Anne Ouloto. Après avoir rendu hommage à l'Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion (ADDR) en charge de l'encadrement à la socialisation des enfants résidents dans le centre, et remercié le Préfet de Dabou, la ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l'Enfant, Anne Désirée Ouloto a encouragé les pensionnaires du Centre (les ex-microbes) à être de bons citoyens qui respectent les lois du pays ainsi que les règles qui régissent la vi en société.
Etaient présents à cette cérémonie, outre la MSFFE, Anne Ouloto, le préfet de Dabou Kouakou Assoman, le Représentant du DG de L'ADDR, Zadi Gokui Norbert, l'honorable Lath Acaffou Grace présidente du Parlement des enfants, le personnel du Centre de rééducation de Dabou ainsi que celui de la pouponnière de ladite ville.
La Journée de l'Enfant Africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991, en souvenir du massacre de centaines d'enfants lors d'une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l'apartheid le 16 juin 1976.


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur