Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 24 juin 2014 par AIP

Abidjan ? L'Etat de Côte d'Ivoire s'est engagé à améliorer son taux de décaissement, dans le cadre des projets qu'il cofinance avec des bailleurs de fonds.

L'objectif de cette journée-bilan est d'améliorer l'exécution financière et budgétaire des projets cofinancés , a indiqué le représentant du directeur général du Trésor, Kouadio Kouamé Félix, à l'ouverture d'une journée d'échanges, lundi, entre les partenaires et gestionnaires desdits projets.

Notre qualité de comptable public ayant à charge la gestion financière et comptable desdites ressources nous impose de mettre en ?uvre tous les mécanismes utiles à une meilleure gestion de ces ressources , a poursuivi M. Kouamé.

Il a soutenu que l'enjeu de cette journée est de parvenir à une gestion efficace et efficiente des projets cofinancés, à travers un taux d'absorption optimal . Il vous appartient donc, gestionnaires de projets cofinancés, de réfléchir et de mettre en ?uvre les procédures et les mécanismes nécessaires à l'atteinte de cet objectif , a-t-il ajouté.

L'agence comptable de la dette publique du Trésor a révélé un taux de réalisation, en 2013, des projets cofinancés à hauteur de 54, 46%, avec un reste à payer de 78,74%. Le décaissement des bailleurs de fonds en 2013 est aussi estimé à plus de 200 milliards de FCFA.

Pour le responsable financier du Projet de renaissance des infrastructures de Côte d'Ivoire (PRICI), Sébastien Gréki, le taux de décaissement de la Côte d'Ivoire est supérieur à la moyenne en Afrique.

Il a cependant évoqué plusieurs difficultés dont le problème du management des projets, la faible implication des agents comptables et des contrôleurs financiers, l'insuffisance ou l'inadéquation de la dotation budgétaire.

M. Gréki a également noté la lenteur dans la prise des arrêtés pour la modification des budgets, le long délai de réapprovisionnement des comptes projets ouverts à la BCEAO et les paiements bloqués en raison de la situation fiscale des fournisseurs.

Il a donc proposé, notamment, d'intégrer les spécificités des projets dans les différents guides de contrôle ou des pièces demandées par le contrôleur financier et l'agent comptable et surtout de restaurer les comités de ressources entre le ministère de l'Economie et des Finances et les ministères techniques.

(AIP)
Kkf/kkp/tm


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur