Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 23 avril 2014 par AFP

Abidjan - L'opposition en Côte d'Ivoire, dont le Front
populaire ivoirien (FPI) de l'ancien président Laurent Gbagbo, a dénoncé
mercredi une "surreprésentation" du pouvoir dans la nouvelle Commission en
charge des scrutins, qui risque de menacer, selon elle, son "indépendance" .
La réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) intervenue le 10
avril dernier, privilégie "une surreprésentation du gouvernement qui annihile
le caractère indépendant de l'institution", a critiqué l'opposition, dans un
communiqué.
L'Alliance des forces démocratiques, créée le 26 mars, est un regroupement
de douze partis de l'opposition, dont le FPI. Elle s'exprimait pour la
première fois depuis l'annonce, le 10 avril, d'une réforme de la CEI.
Selon le projet de loi, cette réforme "extrait des organes" de la CEI "les
groupements ou acteurs politiques dont la présence ne se justifie plus", ce
qui amène 18 membres à quitter la commission centrale.
Celle-ci n'est plus composée que de 13 personnes, dont quatre sont nommées
par la présidence et le gouvernement, trois par la majorité, trois par
l'opposition et trois par la société civile.
L'Alliance déplore que dans cette nouvelle CEI "sept personnalités sur 13
sont favorables au pouvoir".
Pour "éviter une tel déséquilibre", l'AFD propose un nouveau président de
la CEI choisi de "façon consensuelle, en dehors des représentants de la
société civile, de l'opposition et des partis du pouvoir".
Les deux postes de vice-présidents de la CEI seraient partagés entre le
pouvoir et l'opposition, propose l'Alliance.
Des petits partis d'opposition en Côte d'Ivoire avaient déjà dénoncé, le 15
avril dernier, un "système" mis en place par le pouvoir pour s'assurer une
victoire à la présidentielle prévue fin 2015, à travers une réforme
"déséquilibrée" de la CEI.
La Côte d'Ivoire a connu une décennie de crise politico-militaire, dont les
violences postélectorales de 2010-2011 ont constitué l'épilogue.
Plus de 3.000 personnes sont mortes en cinq mois, après le refus du chef de
l'Etat Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de son adversaire, l'actuel
président Alassane Ouattara.
ck/eak/aub/sd


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur