Identifie Toi     Inscris Toi

lundi 3 mars 2014 par Nord-Sud

Le Réseau des amis de la Côte d'Ivoire (Raci) était en conclave, samedi dernier, à Yopougon. Objectif : la mise en place des structures de l'organisation, selon son président Soro Kanigui.


Le président du Réseau des amis de la Côte d'Ivoire (Raci) a levé toute équivoque, quant à la neutralité de l'organisation qu'il dirige. Samedi dernier, à Yopougon, Soro Kanigui a indiqué que bien qu'étant lui-même membre du Rassemblement des républicains (Rdr), il n'hésitera pas à relever les dérapages que commettra le pouvoir.  Nous avons été l'une des rares organisations à demander le départ des dozos du sud de la Côte d'Ivoire. Et nous l'assumons. Nous l'avons dit dans toutes les villes où nous sommes passés. Là où la culture dozo n'est pas une culture de la population autochtone, le dozoya n'a plus sa place , a-t-il rappelé. Selon lui, l'organisation qu'il dirige depuis sa création, il y a environ sept mois, n'est ni à la solde d'un parti politique, ni un groupe où tous les membres sont de la même ethnie et de la même confession religieuse. Mais, au contraire, une organisation qui prône la réconciliation de tous les enfants de la Côte d'Ivoire. C'est la raison pour laquelle, au cours de son adresse, il a demandé pardon aux populations de Yopougon.  Pardonnez-moi, si j'ai fauté en tant qu'ancien membre des Forces nouvelles. Nous sommes ici pour demander et accorder le pardon. Au lieu d'attendre qu'on nous demande pardon, il est temps que tout Ivoirien et habitant de la Côte d'Ivoire, dans l'humilité, reconnaisse qu'il a fauté et demande pardon, a-t-il conseillé. Le député de Sirasso a aussi fait savoir que le Raci va bientôt parcourir toute la Côte d'Ivoire pour prôner la paix, car la réconciliation ne sera pas effective tant que ce sont les partis politiques qui en feront la promotion. Au dire de Soro Kanigui, les populations accordent plus d'importance au message, quand il est délivré par une organisation neutre.

Adélaïde Konin


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur