Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 3 decembre 2013 par Le Nouveau Réveil

Un syndicaliste non formé et mal formé est un danger pour lui-même et pour les autres. Fort de cette maxime, le Syndicat national de l'enseignement primaire public de Côte d'Ivoire (Sneppci) en collaboration avec l'Union des enseignants de la Norvège (Uen) a initié, le mardi 26 novembre dernier, à la Bourse du travail de Treichville, un séminaire de formation à l'intention de 40 femmes de toutes les sections du Sneppci des différentes localités du pays. C'était autour du thème Renforcement des capacités en leadership féminin. Cet atelier de formation est reparti en 9 modules. A savoir le leadership féminin ; la gestion du budget familial ; la discipline syndicale ; femme et syndicalisme ; la grève ; la conduite d'une assemblée délibérante ; le procès verbal ; le compte rendu et le rapport ; droits et devoirs de la femme travailleuse ; montage, gestion et suivi d'un projet, planification d'un projet, seront développés par des membres du Bureau exécutif national et des personnes ressources externes. Selon le secrétaire général du Sneppci, Gnélou Paul, être leader implique l'acquisition d'un savoir-faire et d'un savoir-être. Raison pour laquelle il a appelé au sens de responsabilité et de rigueur de ces dernières afin de participer activement à cet important outil. Gnélou Paul a exprimé à cette occasion sa reconnaissance à l'Union des enseignants de Norvège pour leur contribution inestimable au plan financier dans la formation de ses militants. La 3e secrétaire générale adjointe de l'Union générale des travailleurs de Côte d'Ivoire (Ugtci), Gnionsahé Hélène, elle, a exhorté les femmes à prendre le pouvoir à travers leur engagement et leur détermination en restant dignes dans le syndicalisme.

J.P


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur