Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 29 novembre 2013 par Nord-Sud

Les actes valent mieux que les paroles. Hier, les populations de Béoumi étaient particulièrement comblées. Le président de la République, en visite dans leur département, a posé un acte fort, avant de s'en aller animer son meeting. Alassane Ouattara s'est rendu dans le village de Kangassou pour poser la première pierre de la reconstruction du pont de la ville détruit en 1972. Mieux, le chef de l'Etat, après le coup d'envoi des travaux, a exigé à l'entrepreneur, Colas, dont le directeur général a spécialement fait le déplacement de Béoumi, le respect du délai de livraison de l'ouvrage (20 mois). Le nouveau pont devrait coûter la bagatelle de 12 milliards FCFA en partie financée par l'Agence française de développement (AFD). C'est donc une population de Béoumi presque déjà convaincue que le Président Ouattara a rencontrée à la mi-journée, à la place publique de la localité. Faites- moi confiance, a appelé le président de la République, assurant que tous les engagements électoraux de 2010 seront tenus. Je vous avais promis pendant la campagne de revenir à Béoumi pour lancer les travaux de reconstruction du pont. C'est chose faite. Ces travaux me tiennent à c?ur parce que relier Béoumi à Kounahiri est une chose essentielle, notamment après le bombardement du bac. Quand j'étais venu ici pour la campagne de la présidentielle, je vous avais présenté mes solutions dans les domaines de la sécurité, de la santé, de l'éducation, de la construction et de la réhabilitation d'infrastructures, d'équipement des services publics, dans le programme de gouvernement que je vous ai présenté. Beaucoup de gens ne croyaient certainement pas à la réalisation de ces promesses que j'avais dévoilées. Mais, aujourd'hui, il n'y a qu'à voir le lancement des travaux de la construction du pont de Béoumi pour comprendre que nous tenons nos engagements, a assuré M.Ouattara. Ces travaux que nous avons commencés vont se poursuivre dans le pays, notamment dans le département de Béoumi, a-t-il insisté, non sans encourager les populations à ?uvrer en faveur du renforcement du climat de paix dans le pays. Une chose est essentielle pour que nous puissions aller jusqu'au bout pour améliorer le quotidien de nos concitoyens : il faut la paix. Elle est essentielle au développement et à la cohésion sociale. Je compte donc sur vous, chers compatriotes, pour que la paix que nous avons actuellement, soit une paix durable dans l'intérêt de la Côte d'Ivoire, a argué l'ancien Premier ministre du président Houphouet. Il a salué au passage le courage du peuple baoulé qui a pardonné et accepté de tourner la page des récentes crises. Je sais que dans cette région, et, particulièrement à Béoumi, vous avez beaucoup souffert. Je condamne tous ces actes qui ont causé tant de torts aux populations. Je voudrais à nouveau, dire yako (pardon, en langue baoulé, ndlr) à tous. Ce qui est réconfortant, c'est de pouvoir nous dire que cette crise est désormais derrière nous. Surtout que vous avez accepté de pardonner. Voyez-vous, le pardon grandit ceux qui l'offrent. Je l'ai souvent dit, c'est la victime qui rend le pardon possible, notamment en l'acceptant. Il faut continuer de tendre la main à nos frères, a sensibilisé le chef de l'Etat. Alassane Ouattara sera aujourd'hui au stade de la paix de Bouaké pour le meeting de clôture de sa visite d'Etat dans le Gbêkê.

Marc Dossa, envoyé spécial à BéoumiVisite du chef de l`Etat dans la région du Gbêkê: Etape de Beoumi
Publié le: 28/11/2013  | 


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur