Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 19 novembre 2013 par Le Democrate

Les producteurs de coton de la région des savanes ne sont plus sur la même longueur d'ondes que les responsables des banques BIAO et BNP PARIBAS. Motif, la vente aux enchères de l'usine SICOSA-SA prévue le 23 novembre prochain. En effet, selon une dépêche de l'aip, une dette de 8 milliards Fcfa a été contractée avec ces institutions financières pour créer cette usine en 2002. Se prononçant au cours d'une conférence de presse, le porte-parole des producteurs, Yéo Moulaye a indiqué que cette dette initiale a été remboursée à hauteur de 5,5 milliards Fcfa. En février 2013, la banque a fait une saisie de l'usine parce que les responsables de cette fabrique éprouvaient des difficultés à solder les 2,5 milliards restant. Suite à un plaidoyer des responsables, il leur a été demandé de payer maintenant 4 milliards de Fcfa avec les intérêts bancaires au lieu de 2,5 milliards. Le 16 octobre, l'usine a été vendue aux enchères au promoteur de l'usine Utexi, Konaté Vassiriki. Suite à l'incapacité de ce dernier à honorer ses engagements, c'est-à-dire à verser 1, 980 milliard représentant l'objet de l'enchère, la banque a décidé de faire une autre vente le 23 novembre. Pour sauver l'usine et les producteurs de la région, le président du conseil d'administration de SICOSA-SA, Coulibaly Be, a demandé pardon au président de la République, Alassane Ouattara, et au ministre d'Etat Amadou Gon Coulibaly, pour qu'ils les aident à résoudre cette crise. Il a aussi souligné qu'une cotisation par paysan ou par tonne de coton produit a été décidée par les producteurs, pour rembourser cette dette avec l'appui également de l'Etat, si possible. Rappelons que cette usine emploie plus de 200 Ivoiriens.

Lazare Kouadio


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur