Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 23 octobre 2013 par L'intelligent d'Abidjan

L'espace CRRAE-UMOA au Plateau a abrité du 21 au 22 octobre le premier symposium international sur la cybersanté en Côte d'Ivoire autour du thème : Cybersanté : éthique et déontologie . Les ministre, Bruno Koné de la Poste, des Technologies de l'information et de la Communication, et Raymonde Goudou Coffie de la Santé et de la Lutte contre le sida, par leurs présences, ont apporté un cachet particulier à l'évènement. C'est Dr. Florent Aka Kroo, président de l'Ordre des médecins, organisateur de l'évènement qui lors de la cérémonie d'ouverture le lundi 21 octobre 2013, a situé les enjeux dudit symposium. Il a indiqué que la floraison d'informations dans le domaine de la santé, l'informatisation systématique des données des patients, mettent en exergue le besoin de protection. Le ministre Bruno Koné a souligné lors de son intervention que l'application des TIC à la santé permet entre autres de promouvoir la qualité de l'offre, de réduire les coûts, de garantir un accès plus large de l'offre aux populations et de contribuer ainsi à l'atteinte des (OMD). Cependant le ministre des NTIC a dit qu'il y a des inconvénients dans l'application de ces nouveaux outils. Il faut une éthique afin de protéger les patients. Conscient des risques, le gouvernement a élaboré des lois pour règlementer l'usage, la diffusion et la commercialisation des bases de données au niveau des TIC , a indiqué Bruno Koné. La ministre de la Santé, à son tour, a souligné que les exemples étaient légions pour démontrer l'estimable apport des TIC au niveau médical. Pour Dr. Goudou Coffie, le symposium devra jeter les bases réglementaires pour la protection des données des patients même longtemps après leur guérison. Elle a rappelé que l'Etat ivoirien, à travers le projet e-gouvernement lancé en 2011, a demandé à chaque ministère de prendre à son compte le projet. Au niveau de son département, elle a révélé la finalisation de la mise en place d'une agence de recensement des données médicales de chaque Ivoirien, de chaque patient. La dite agence sera chargée de gérer, de travailler sur la télémédecine et de veiller aux règles en vigueur.

OG


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur