Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 19 septembre 2007 par Le Matin d'Abidjan

"La partie gouvernementale demande la levée des sanctions, les Forces nouvelles la demandent également. Tout comme l'UA, la CEDEAO, mais ceux qui sont venus pour accompagner le processus nous tirent vers le bas. Alors l'ONU est-elle là pour que la paix revienne en Côte d'Ivoire ou pour créer un conflit ?", s'est interrogé le leader de la galaxie patriotique, Charles Blé Goudé, le vendredi 07 septembre dernier. C'était au cours de l'évaluation de l'Onu sur la levée des sanctions qui pèsent sur Blé Goudé et certains chefs de guerre des Forces nouvelles. Cette interrogation est également partagée par le mouvement africain pour la liberté d'opinion (MALO). Ce mouvement trouve la démarche de l'Onu confuse et conflictuelle. Pour son président Coulibaly Péta, la situation politique évoluant positivement grâce aux efforts déployés par Blé Goudé, ces sanctions sont injustes et arbitraires. Au cours d'un point de presse tenu samedi dernier à Yopougon, le président de ce mouvement a dénoncé le système de gestion des conflits en Afrique de l'Onu. L'orateur s'explique difficilement le maintien par l'organisation mondiale des sanctions contre Charles Blé Goudé. " Si l'Onu est venue nous accompagner pour sortir de la crise, que gagne-t-elle alors à ne pas lever ces sanctions qui n'ont pas de sens ? C'est grâce à Blé Goudé que les Ivoiriens ont dans leur majorité adopté les accords de paix de Ouagadougou. La paix étant revenue, l'Onu doit s'aligner sur la volonté des Ivoiriens de faire table rase du passé pour reconstruire leur pays ", soutient Coulibaly Péta. Il exige donc la levée immédiate des sanctions contre Charles Blé Goudé. Parce qu'il a réussi à calmer les esprits surchauffés de certains Ivoiriens. Pour cela, il doit être encouragé et félicité, insiste-t-il.

Fabrice Tété


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur