Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 22 mai 2013 par AIP

Bouaké - Un atelier de formation se tient depuis mardi au profit des représentants de la société civile sur les techniques et méthodes constructives susceptibles d'amener les autorités locales à rendre compte de la gestion des biens publics de façon transparente.

A l'initiative de l'organisation internationale Search for common ground (SFCG), 24 représentants de la société civile de Bouaké et de Yamoussoukro bénéficient, durant deux jours, de cette formation qui vise à appréhender les risques et menaces liés au rôle de contrôleur de la gouvernance locale.

L'atelier a également pour objectif de développer des stratégies pour éviter les conflits avec les autorités locales dans le contrôle de la gestion des biens publics et d'enseigner les attitudes et comportements que les organisations de la société civile doivent adopter pour influencer les sphères de prise de décision, ont expliqué les organisateurs.

La formation entre dans le cadre du projet d'appui à la société civile dans la gouvernance locale financé par l'Union européenne.

Le projet a été exécuté sur le terrain avec un premier atelier de sensibilisation organisé à travers le pays.

Selon Franck Doffou, chargé de communication à SFCG, le présent atelier de renforcement des capacités s'étendra sur l'ensemble du territoire, avec l'objectif espéré pour SFCG d'avoir une société civile forte au niveau de toutes les régions de la Côte d'Ivoire, de sorte que la société civile qui porte à la tête de sa ville ou de sa région des dirigeants, puisse suivre et contrôler le travail qui est fait par les élus locaux.

Les représentants de la société civile seront ainsi initiés aux notions de base de la gouvernance locale, notamment la définition du service public, d'intérêt général et de bonne gouvernance, avec la présentation des processus de concentration et de décentralisation.

La formation sera également axée sur les dispositifs réglementaires en matière de fonctionnement et de gestion des collectivités locales, inscrits dans la loi qui demande l'implication effective de la société civile dans les gestions des biens publics.

"Nous allons présenter une autre approche qui va leur permettre de voir leur niveau de participation dans la gestion locale et de percevoir les formes et les espaces d'expression de leur citoyenneté politique, civique et sociale", a souligné le formateur, Gislain Coulibaly Pélibien, sociologue spécialiste en gestion des conflits.

Toutes ces initiatives doivent pouvoir permettre à la société civile d'avoir les techniques, les méthodes, les outils, les mécanismes, la manière et l'approche nécessaire pour investir la sphère publique, afin de ne plus la laisser aux mains des autorités politiques ou étatiques, a-t-il indiqué.

Une étude réalisée par l'Union européenne a montré que les organisations de la société civile sont faiblement impliquées dans la prise de décision et la gestion publique.

L'Ong SFCG a donc mis en place ce projet d'appui à la société civile dans la gouvernance locale dont la première phase de sensibilisation a été exécutée début mai dans plusieurs localités du pays, a-t-on appris.

(AIP)
Nam/kkp/kp


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur