Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 19 avril 2013 par Primature

Comme les Ivoiriens ont pu le voir dans le compte rendu de la télévision, le jeudi 18 avril, la leçon du Premier ministre Daniel Kablan Duncan à Sciences Po Paris, le 17 avril aura été réellement magistrale et s'est très bien déroulée, le Premier ministre ayant, une fois encore, fait une brillante prestation.
A la fin de la séance, M. Duncan a été ovationné de manière particulière et appuyée, une longue et véritable standing ovation.
Il est vrai que lors de l'exposé pendant que le Premier ministre s'exprimait, une dame, une seule, était dans la salle et a tenté à deux reprises, au mépris de toutes les règles de bienséance et de courtoisie de l'interrompre en proférant des propos désobligeants qui, du reste, n'avaient rien à voir avec le thème qui portait sur les perspectives économiques de la Côte d'Ivoire, deux ans après la fin de la crise. C'est en ce moment-là que la police française a essayé de la faire sortir pendant que le Premier ministre Duncan, lui, serein et patient, insistait pour que la perturbatrice s'exprime librement mais elle a continué à proférer des injures. La police l'a fait sortir pour l'empêcher de gêner l'auditoire séduit par la pertinence et la précision des chiffres de M. Duncan.
Il ne faut pas donner plus d'importance à ce qui n'était qu'un tout petit désagrément et qui n'a en rien troublé le déroulement de la conférence et ce, jusqu'au cocktail offert par les responsables de Sciences Po Paris à la fin de la rencontre.
Toute autre exploitation de cet acte isolé ne serait que vaine, hasardeuse et ne jetterait que raillerie et discrédit sur quiconque tenterait de le faire, surtout aux yeux de l'opinion et des universitaires français qui étaient là, qui ont tout vu et tout suivi.

Le Conseiller spécial, Chef du service communication
YAO NOEL


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur