Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 4 avril 2013 par Ministères

Comme elle a été annoncée, l'opération d'exhumation des corps des victimes de la crise post-électorale a débuté, ce jeudi 4 avril 2013. Et, c'est dans la commune de Yopougon, plus précisément, à la mosquée du Camp Militaire qu'a eu lieu le lancement de cette opération. Le choix de cette commune, se justifie par le fait que sur les 57 fausses communes découvertes sur toute l'étendue du territoire national, Yopougon à elle-seule, compte 36.
La crise que notre pays vécue au lendemain de l'élection présidentielle de 2010, a eu pour conséquences de nombreux morts et blessés, ainsi que de graves violations des droits de l'Homme. La situation sécuritaire qui prévalait à cette époque n'avait pas permis aux proches et autres âmes bienveillantes de procéder à l'ensevelissement décente des personnes décédées , a indiqué Monsieur Gnénéma Mamadou Coulibaly, ministre de la Justice, des Droits de l'Homme et des Libertés Publiques. Poursuivant, le Garde des Sceaux a souligné que cette opération, en plus de permettre aux familles de lever leur deuil, va permettre à la Justice de mener ses investigations en vue de la manifestation de la vérité et de l'assainissement de l'environnement.
Monsieur le Garde des Sceaux a ensuite, au nom du gouvernement, présenté ses condoléances les plus attristées aux parents des victimes. Il n'a pas oublié non plus de remercier les organisations et entreprises qui se sont s'engagées à accompagner cette opération. Il s'agit entre autres de l'ONUCI qui, en plus des dons en matériels, assure la sécurisation des sites et les relevés photographiques pendant la durée des opérations. Celles-ci qui démarrent aujourd'hui à Yopougon, s'étendront sur le district d'Abidjan et partant, sur tout le territoire national. Le Comité International de la Croix Rouge et Ivosep ont été associés aux remerciements de Ministre. Car, le premier cité, en plus de dons offerts à l'Institut Médico-légal a la charge de faire les autopsies et d'apporté son soutien dans la formation des membres de la Cellule Spéciale d'Enquête ainsi que la mise à disposition d'experts légistes. Et, le second a offert les 300 casiers pour la conservation des restes humains exhumés, jusqu'à leur remise à leurs familles pour l'inhumation. Des prières ont été dites par les communautés chrétienne et musulmane pour implorer le soutien du Tout-Puissant, avant l'ouverture de la fausse commune, située dans la cour de la mosquée du Camp militaire de Yopougon.

Service de Communication du Ministère de la Justice, des Droits de l'Homme et des Libertés Publiques.


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur