Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 28 mars 2013 par Boigny Express

Au terme de la 3è Réunion du Comité de coordination sous régional de la recherche et du sauvetage maritimes de la zone II en Côte d'Ivoire du 13 au 15 mars 2013, nous avons échangé avec le colonel Tano Koffi Bertin, Directeur général des Affaires Maritimes et Portuaires et par ailleurs président du comité d'organisation qui explique que les recommandations doivent se traduire en actes concrets.

Boigny Express : après trois jours de travaux, les experts ont fait des recommandations. Que pouvons-nous retenir ?

Colonel Tano Koffi Bertin : Je voudrais au nom du comité national ivoirien de la recherche et du sauvetage maritimes exprimer notre gratitude et notre reconnaissance à tous les participants pour le bon déroulement des travaux de la 3è réunion du comité de coordination sous-régional de la recherche et du sauvetage maritimes de la zone II, ici en Côte d'Ivoire. Cette réunion a engendré des responsabilités pour nos différents pays à travers l'adoption de nouvelles recommandations. Pour la bonne compréhension de ces recommandations qui doivent se traduire en actes concrets, je voudrais rappeler l'historique de la recherche et du sauvetage maritimes. En effet, c'est en 1979 à Hambourg en Allemagne, que l'Organisation Maritime Internationale(OMI) a posé les fondements juridiques de la recherche et du Sauvetage Maritime. Poursuivant son objectif, l'OMI a en 2000 à Florence en Italie, adopté des résolutions pour la mise en place des services de Recherches et de Sauvetage Maritimes en préconisant la coopération des Etats et la coordination de leurs efforts. Dans cette dynamique, elle a procédé à la répartition des Etats côtiers africains en cinq(5) zones dans laquelle figure la zone II qui nous concerne. Notre zone est composée du Libéria, siège du centre principal, de la Guinée, de la Sierra Léone, du Ghana et de la Côte d'Ivoire qui abrite chacun un centre secondaire. La signature d'un accord multilatéral le 09 novembre 2007 à Monrovia au Libéria, a permis la mise en place d'un comité de coordination sous-régional qui a l'obligation de se réunir au moins une fois par an. Lequel comité sous-régional a adopté le principe d'une présidence pour un mandat de deux ans dans le cadre de son fonctionnement. C'est ainsi qu'à la suite du Libéria qui a présidé ce comité depuis sa création, il échoit à la Côte d'Ivoire d'en assurer la présidence maintenant pour les deux années à venir.

B.E : Pendant cette présidence, il revient à la Côte d'Ivoire de veiller à la mise en place des recommandations

Colonel T.K.B : effectivement la Côte d'Ivoire doit veiller à la mise en ?uvre effective des recommandations faites par la 3è réunion. Il s'agit entre autres des mesures immédiates à prendre par le comité au plus tard en août 2013 pour faire un audit des différents centres secondaires et du centre principal de Monrovia à travers des visites sur le terrain. Le président doit, en collaboration avec le secrétariat permanent, prendre des mesures pour faire fonctionner le centre principal de Monrovia ainsi que les centres secondaires des autres pays. Il doit également, en collaboration avec le secrétariat permanent, faire parvenir à l'OMI le projet de plan SAR maritime régional adopté afin que l'expert étudie et élabore un projet de plan détaillé avant l'année de 2014. Au regard des recommandations de cette réunion, les enjeux sont énormes. La mobilisation des moyens financiers et matériels pour la mise en ?uvre desdites recommandations exige une forte implication au sommet de nos différents Etats. Nos gouvernements sont donc invités à apporter l'appui nécessaire au comité de coordination sous-régional de la Recherche et du Sauvetage Maritimes. Nous fondant sur la promesse de notre ministre des Transports de mener une diplomatie active auprès de ses pairs, nous sommes convaincus que les moyens seront dégagés pour l'atteinte de nos objectifs communs. J'en veux également pour preuve, l'adoption en 2011 des Etats Généraux de la Mer qui ont permis à l'ensemble des acteurs du secteur maritime, d'adopter une politique maritime globale, cohérente et intégrée, en vue de faire de notre pays une nation maritime à l'échelle régionale. J'en veux également pour preuve, l'adoption par le gouvernement et à l'initiative de monsieur le Ministre des Transports, du Projet de Code maritime, qui une fois voté par le parlement, viendra remplacer le Code actuel vieux de plus d'un demi-siècle. Et enfin, l'adoption par gouvernement du plan d'équipement de la DGAMP, à travers sa prise en compte par le Plan National de Développement. Cette heureuse initiative va doter la DGAMP de moyens opérationnels qui serviront également à la recherche et au sauvetage maritimes. Qu'il me soit enfin permis de souligner que de nombreux projets de textes maritimes ont été adoptés par le gouvernement et retenus par le Plan National de Développement qui permettront au secteur maritime de connaître une avancée. Toutes ces initiatives nous autorisent à penser à des lendemains pour le secteur maritime. C'est la raison pour laquelle, je voudrais avec votre autorisation, rendre un hommage solennel à monsieur le ministre des Transports, pour la qualité des actions qu'il pose depuis sa nomination à la tête de ce département ministériel, et qui nous conforte dans notre position.

B.E : la Côte d'Ivoire a mis en place son service SAR. Quel est son rôle dans la sécurité maritime ?

Colonel T.K.B : je voudrais témoigner ma gratitude et ma reconnaissance à tous nos partenaires qui n'ont fait aucune difficulté pour s'associer à nous, pour la mise en place des services de recherche et de sauvetage maritimes(SAR) en Côte d'Ivoire situés dans la commune de Marcory. Ce centre SAR était indispensable pour notre pays. A partir de maintenant, nous pouvons suivre les mouvements de tous les navires. Nous pouvons désormais répondre aux signaux des navires en détresse pour leur apporter le secours. C'est pourquoi chaque Etat doit avoir un centre opérationnel pour parer à toutes éventualités. Par ce que les cas de piraterie enregistrés ces derniers mois constituent des indices assez éloquents pour s'inquiéter. En effet, la Côte d'Ivoire dispose d'une zone exclusive avec une longueur de côte de 550 km. Elle doit exercer ses droits de souveraineté nationale en termes de droit sur la mer.

B.E : les populations peuvent pousser un ouf de soulagement dans la lutte contre les pirates dans nos eaux ?

Colonel T.K.B : c'est vrai, lorsqu'on a les signaux, il faut répondre. Mais en ce qui concerne les interventions en haute mer, il faut des moyens conséquents. C'est pourquoi nous disons qu'un seul pays ne peut pas faire face à ce fléau. Nous devons conjuguer nos efforts pour arriver à bout de ces bandits. Même les pays sans littoral sont tous concernés. Car la piraterie est un phénomène particulier que nous constatons dans le golfe de Guinée. Il est relatif au trafic pétrolier. Il faut en sortir et tous les acteurs y gagneraient. Tous les cas de piraterie supposés sont relatifs à des navires pétroliers transportant surtout du produit raffiné. C'est donc une affaire de gros sous qui attire des convoitises. Nous sommes à pied d'?uvre pour démêler ce problème. Toutefois, je voudrais vous rassurer que cela est très pris au sérieux car portant atteinte à l'image de notre pays et de nos ports. Pour faire face à cette situation, il faut des investissements très importants. C'est pourquoi nous nous réjouissons du plan d'investissement de la DGAMP, à travers sa prise en compte par le Plan National de Développement à hauteur de 15 milliards de francs Cfa. En ce qui concerne les patrouilles sur les eaux maritimes, il faut savoir que les engins coûtent cher. Quand un navire dit être piraté, il faut pouvoir l'approcher pour vérifier la réalité des choses. Aujourd'hui, la police maritime n'a pas les moyens conséquents pour les patrouilles en mer. Mais nous avons foi en nos autorités pour l'acquisition de moyens et d'équipements adéquats pour garantir la sécurité maritime et portuaire ainsi que la surveillance des côtes et des eaux sous juridiction ivoirienne. Afin que la Côte d'Ivoire se face respecter sur les mers nationales et internationales. Ceci passe évidemment par la maîtrise du nouveau phénomène, La piraterie.

Interview réalisée par
Jean-Louis Kobrissa


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur