Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 26 fevrier 2013 par Le Patriote

L'audience de confirmation des charges à l'encontre de l'ex-président Laurent Gbagbo était, hier à sa cinquième journée.
Au cours de cette journée, la Défense a fait des observations concernant la recevabilité de l'affaire et les questions liées au bon déroulement de la procédure. A la lumière de ces observations, il apparaît sans conteste qu'autant Me Altit et ses Associés affirment que madame le Procureur, Fatou Bensouda, dans son réquisitoire n'a présenté que des faits qui accablent essentiellement Laurent Gbagbo, autant la Défense entend accabler l'Accusation à travers ses présentations. A la seule différence que la Défense biaise et tronque les faits présentés. En relevant entre autres, le fait que les Forces républicaines de Côte d'Ivoire(FRCI) humiliaient les populations civiles, que l'Opération des Nations-Unies en Côte d'Ivoire soutenait la rébellion et que des civils étaient emprisonnés, les Avocats commis à la défense de Laurent Gbagbo sortent purement et simplement du contexte de l'affaire. Dans bien de cas, les faits évoqués étant en réalité la résultante du conflit qui a eu lieu à la suite de la chute de Laurent Gbagbo. S'agissant par exemple du cas des arrestations évoquées, il faut le rappeler que celles-ci ont eu lieu dans un contexte précis. Et les personnes arrêtées à l'époque conformément à la procédure qui sied en la matière, ont été interrogées puis relâchées. Elles n'ont donc fait l'objet d'aucune tuerie. Hier, l'Associé de Me Altit a passé son temps à tronquer les faits au point où son réquisitoire laisse transparaître beaucoup de manipulations. La Défense par ces malices veut assurément refaire l'histoire de la Côte d'Ivoire. Mais il est clair que l'Accusation ne laissera pas faire et va coûte que coûte, battre en brèche ces positions qui relèvent plutôt de l'imaginaire.
C.Z.


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur