Identifie Toi     Inscris Toi

jeudi 13 septembre 2007 par Le Nouveau Réveil

Un manager avisé de réputation et d`envergure internationales nous faisait remarquer qu`il fallait se méfier des moralisateurs qui prêchent à temps et à contre temps l`honnêteté et l`intégrité alors qu`ils n`ont aucun contact avec l`argent. Car l`homme honnête et intègre est celui-là qui manipule les deniers publics ou privés mais qui a la force morale de résister à la tentation d`y puiser pour ses besoins personnels et pour un enrichissement aux antipodes de l`honnêteté et de l`intégrité. Ces personnes existent même si dans la Côte d`Ivoire refondée, il s`agit d`une espèce en voie de totale disparition, si elle n`est pas déjà éteinte !
Lorsqu`ils étaient dans l`opposition, monsieur Laurent Gbagbo et le FPI ne tenaient aucun discours, n`avançaient aucun propos sans dénoncer la malhonnêteté, le manque de probité et la gabegie supposée du PDCI-RDA et de ses responsables.
Parcourant nos différentes contrées, par monts et par vaux, ils prêchaient l`aube nouvelle qui ne manquerait pas de se lever sur la Côte d`Ivoire si eux, toujours et éternellement "vêtus de probité candide et de lin blanc" accédaient au pouvoir. Le bonheur du peuple serait assuré, lui à qui un compte régulier et méticuleux serait fait sur le moindre centime dépensé par le pouvoir qu`ils installeraient. Ils étaient cette poche de moralité dont la Côte d`Ivoire avait besoin et que le peuple "prosterné dans l`ombre" attendait dans l`impatience de la venue d`un messie.
C`est pourquoi, il fallait se débarrasser de ce "régime pourri et nauséabond" qui faisait le malheur de la Côte d`Ivoire et de son peuple. Ejecter le PDCI du pouvoir n`était cependant pas chose aisée surtout lorsque le sage de Yamoussoukro avait pris soin de prévenir ses concitoyens en leur demandant de fuir les beaux parleurs aux promesses alléchantes et infinies, les diseurs de bonne nouvelles et autres bonimenteurs. Car soulignait le visionnaire, ces personnes n`ont qu`un seul credo et un seul objectif : "Ôte-toi pour que je m`y mette". Certains Ivoiriens étaient tout de même sensibles à ces voix de sirène ne craignant ni Charybde ni Scylla, tellement les propos étaient mielleux et les promesses affriolantes et engageantes. Et puis, se disaient-ils, le PDCI-RDA n`est-il pas resté trop longtemps au pouvoir, n`est-il pas temps de changer et de goûter à d`autres fruits ? Satan a vite convaincu Eve qu`elle serait une déesse en mangeant le fruit défendu, le FPI, de façon insidieuse faisait croire aux Ivoiriens qu`ils vivraient avec lui un autre paradis sur terre ! Certains politicards aux petits pieds résumant la politique en un art qui consisterait à donner des coups, les actions les plus abominables allaient être entreprises pour que le pouvoir échappe au PDCI. Bien entendu, les arguments étaient toujours les mêmes, les gens se disant de gauche n`étant pas forcément pourvus d`imagination et d`idées mais se servant exclusivement de cette fausse assertion qui veut qu`"un mensonge souvent répété devienne vérité".- Le PDCI et ses dirigeants sont des corrompus
- Le PDCI et ses dirigeants sont des grilleurs d`arachide qui s`enrichissent insolemment sur le dos du peuple.
- La Caisse de Stabilisation est la tirelire du PDCI
- Les paysans sont spoliés et tutti quanti!
Les tentatives de coup d`Etat allaient donc se succéder, les partis d`opposition nés du retour au multipartisme de 1990 sachant qu`ils étaient incapables de déboulonner le PDCI. Et puis finalement après avoir infiltré l`Armée et corrompu quelques officiers, certains parmi ces opposants arrivaient à leurs fins à travers le coup d`Etat militaire du 24 décembre 1999. Et puis, après avoir habilement et cyniquement man?uvré, monsieur Gbagbo et le FPI accédaient au pouvoir. Le peuple ivoirien ne doutait pas un seul instant qu`il était à la porte du bonheur et que les délices du monde entier étaient à portée de main. Naturellement, ce bon peuple s`attendait à ce que de façon immédiate des mesures spectaculaires fussent prises par monsieur Gbagbo, son parti et son pouvoir, qui démontrassent que sa longue (?) attente n`avait pas été vaine. Des mesures spectaculaires furent effectivement prises mais pas dans le sens espéré par les Ivoiriens.
Trouvant que le chef de l`Etat, les présidents d`institutions, les ministres et les députés étaient sous payés, le refondateur en chef décida pratiquement du doublement de leur rémunération.
Et alors que sous le régime du PDCI-RDA, le chef de l`Etat et les ministres étaient payés sur le fonds de souveraineté du Président de la République qui était de 15 milliards sous le Président BEDIE, le calamiteux nouveau régime décidait que tous fussent payés sur le budget général. Quoique s`étant adjugé un salaire de près de dix millions par mois, le refondateur en chef faisait passer son fonds de souveraineté à 17 milliards, lui qui dans l`opposition trouvait excessifs les 15 milliards du Président BEDIE. On parle aujourd`hui d`un fonds de souveraineté de 70 milliards !
Par ailleurs, certains faits et gestes démontraient qu`était arrivée au pouvoir une opposition essentiellement envieuse:
- La volonté obsessionnelle de monsieur Gbagbo de chausser les souliers du Président HOUPHOUET-BOIGNY. Ainsi de l`immense parc automobile de la présidence, seule la Cadillac qu`utilisait le Père de la Nation l`intéressait.
- La précipitation avec laquelle le nouveau chef de l`Etat est allé occuper la résidence privée du Président HOUPHOUET-BOIGNY dont il critiquait pourtant les aménagements faits par le Président BEDIE.
- Quelles délices n`éprouve-t-il pas à dormir dans le palais des hôtes à Yamoussoukro !
- Dès sa nomination comme premier ministre, monsieur AFFI N`guessan s`est empressé de brûler la politesse au président de l`Assemblée Nationale en allant prendre possession de façon précipitée de l`immeuble précédemment occupé par le Président BEDIE d`abord comme Président de l`Assemblée Nationale, puis comme chef de l`Etat. Ce fut ensuite la ruée générale des dignitaires du FPI sur le patrimoine immobilier de l`Etat qu`ils se sont attribué en pleine propriété à des prix symboliques.
Ainsi sans avoir posé la moindre action de développement, ce sont les privilèges et avantages que monsieur Gbagbo et son pouvoir se sont tout de suite octroyés. De l`exercice du pouvoir, ils n`ont retenu qu`un aspect jouissif et une quête effrénée des plaisirs ! Les critiques acerbes dans l`opposition et les dénonciations rageuses de ce qu`il considérait comme des privilèges extravagants du pouvoir d`alors n`étaient faites que pour amuser la galerie. Monsieur Gbagbo et les siens ne croyaient pas un traître mot de ce qu`ils disaient et ces critiques contre le PDCI étaient tout simplement une comédie burlesque. Le Vieux avait raison, c`était tout simplement pousse-toi pour que je m`y mette. Il se raconte même que des actions particulièrement scandaleuses et sordides ont été osées tout simplement pour se vanter d`être passé là où est passé le Vieux et surtout pour se venger de lui !
Les agents de l`Etat qui attendaient que le déblocage des salaires promis par le Président BEDIE pour 2001 fût réalisé par le pouvoir socialiste (?) en furent pour leurs frais. Seuls les Forces de Défense et de Sécurité et les enseignants dans une certaine mesure bénéficièrent, pour des raisons évidentes, des largesses (?) du régime FPI. Les autres devaient attendre car les caisses de l`Etat ne seraient pas assez garnies. Cependant, le train de vie de ces impécunieux d`hier changea du tout au tout et du jour au lendemain :
- Grosses cylindrées rutilantes
- Châteaux poussant comme des champignons
- Maîtresses à profusion
- Trésors de guerre effarants faisant dire à certains d`entre eux qu`ils ne seront plus jamais pauvres
La Caisse de Stabilisation dont ils ont réclamé la dissolution parce que selon eux caisse noire du PDCI céda la place à une kyrielle de structures confiées à des parents et à des amis pour piller les ressources de la filière café-cacao et spolier les paysans de leurs revenus : ces paysans à qui monsieur Gbagbo devait rendre le pouvoir et assurer la fortune en achetant le café et le cacao à 2000 et 3000 le kilo. Aujourd`hui, le chef de l`Etat reconnaît enfin que la CAISTAB était une idée géniale mais que le PDCI en avait fait sa caisse noire oubliant qu`à présent, il a fait des nombreuses structures de gestion (?) qu`il a créées sans nécessité aucune, ses biens privés. Le pétrole est géré hors budget et on ne sait pas ce que devient l`argent qu`on en tire. Des fortunes colossales se sont ainsi bâties trouvant abri dans des pays supposés amis et dans les paradis fiscaux. De pauvres et misérables bourgs devinrent comme par enchantement de "petits Paris".
La guerre qui allait éclater deux ans après l`arrivée calamiteuse des refondateurs au pouvoir, loin de freiner leur ardeur au pillage des biens publics et privés allait plutôt la décupler. Totalement carrents et d`une incompétence notoire et sans limite en matière de gestion de la Chose Publique, les refondateurs sont passés maîtres en matière de corruption, de concussion, de prévarication et de détournements. Des pans entiers de notre économie sont livrés aux étrangers pour une bouchée de pain contre des dessous de table. On n`hésite pas à importer des déchets toxiques pour de l`argent sans craindre de tuer ses compatriotes. Lorsqu`on leur reproche leur malhonnêteté viscérale et les pillages des ressources du pays, ils ont l`outrecuidance de dire que le PDCI faisait pareil. En supposant que cela fût vrai pourquoi critiquait-on le PDCI pour l`évincer du pouvoir par tous les moyens si c`est pour faire pire que lui ? Ceux qui s`en prenaient si virulemment aux grilleurs d`arachide sont devenus des avaleurs de toute la récolte d`arachides. Pour permettre à ses dignitaires de se constituer ces trésors de guerre consternants et les plus colossaux possibles, le chef de l`Etat s`est ingénié à faire obstacle à tout retour de la paix en Côte d`Ivoire. Le régime FPI croit en effet que la guerre justifie son incurie et sa mauvaise gouvernance qui a fait grimper notre pays au top des pays les plus corrompus au monde ! Ainsi, ceux qui dans l`opposition voyaient le mal partout chez les autres et se croyaient les héritiers de Robespierre parce qu`incorruptibles, se sont révélés aux yeux de la nation et du monde comme de vulgaires bandits à col blanc !
Ceux des Ivoiriens qui se disaient fatigués du PDCI au point de réclamer le changement dans chacune de leurs prières en sont aujourd`hui à se mordre les doigts et n`ont plus que leurs yeux pour pleurer. En réalité, le FPI et ses dirigeants trouvaient injustes d`être éloignés de la manipulation de l`argent et c`est tout !
Il fallait donc écarter ceux qui étaient là. Le coup ayant réussi, ils ont rapidement montré ce visage hideux de prédateurs voraces et cupides qui est le leur. Ils étaient envieux et jaloux de ceux qu`ils considéraient comme des possédants et leur vouaient une haine mortelle. C`était cela leur seule motivation et rien d`autre. Les théories mal assimilées et la rhétorique boiteuse débitées dans l`opposition n`étaient que bouffonnerie et pantalonnade. Ils sont bien marris ceux qui croyaient que la refondation au pouvoir c`était le retour du paradis terrestre !
En 2006, le tout puissant argentier FPI du pays osait dire que la dissolution de la Caisse de Stabilisation a été une erreur.
Devenu ministre du Plan, il déclarait récemment qu`aucun pays ne peut se développer sans bonne gouvernance.
Où était-il celui-là lorsque les paysans ont été dépouillés de tout à travers des structures bidons gérées par des êtres cupides et incompétents ?
Est-il étranger au pillage systématique et méthodique de toutes nos richesses ?
Maintenant qu`il a bâti sa fortune en usant des mêmes méthodes que ses congénères du FPI, maintenant qu`il s`est constitué un immense trésor de guerre, maintenant qu`il est totalement repu, il peut revenir aux propos mystificateurs que le FPI tenait dans l`opposition. Dieu merci, ,personne n`est dupe parce que les Ivoiriens savent désormais que le FPI voulait le pouvoir non pour construire la Côte d`Ivoire et assurer le bonheur de ses habitant mais pour asseoir la fortune d`une coterie immorale et amorale et pour détruire le pays !
Ainsi de par la volonté de monsieur Gbagbo et de sa refondation dont la vision et l`action politique sont exclusivement dictées par la violence, la haine, le tribalisme le plus primaire, la malhonnêteté et la mauvaise gouvernance, notre pays a reculé de près de 60 ans car nous sommes revenus aux divisions claniques et ethniques des années 1940. Monsieur Gbagbo, son clan et son camp ont voulu et obtenu le pouvoir par tous les moyens même les plus criminels uniquement pour la puissance et la richesse. Ils se savaient en effet totalement inaptes à conduire les destinées d`un pays mais cela leur importait peu puisqu`ils n`avaient pour seules préoccupations que leurs intérêts égoïstes et mesquins, le sort du pays étant le cadet de leurs soucis. Pauvre Côte d`Ivoire, tu ne pouvais pas tomber en des mains pires que celles dans lesquelles tu te trouves aujourd`hui!

DOUBE BINTY


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur