Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 11 septembre 2007 par Notre Voie

Le syndicat national de la presse privée de Côte d'Ivoire (SYNAPP-CI) s'oppose à la suspension de la parution du quotidien Elite Actuelle décidée par la société La refondation, éditrice du titre. S'exprimant hier au cours d'une rencontre qui a réuni l'ensemble du personnel de La refondation, qui édite édite également le quotidien notre Voie, Guillaume Gbato, secrétaire général du bureau national du Synapp-ci, a exprimé une vive protestation contre cette mesure. D'autant plus que, selon lui, elle ne règle pas, le problème de la mévente du journal évoqué comme motif. Mieux, Guillaume Gbato, la voix enrouée de colère, a exigée que la mesure de suspension soit rapportée sans condition avant ce mercredi. Le secrétaire général du Synapp-CI s'oppose également au redéploiement du personnel d'Elite Actuelle à Notre Voie, le temps que le journal revienne dans les kiosques.
En outre, le syndicat souhaite, selon Guillaume Gbato, engager des discussions de fond avec la direction pour examiner le problème. L'assemblée générale a donc décidé de saisir la direction par courrier pour demander la mise en place immédiate d'un comité de réflexion, avec pour mission de préparer, durant une période déterminée, le nouvel hebdomadaire Elite Actuelle. Mais, pendant ce temps, le syndicat a demandé aux travailleurs de reprendre le travail pour que Elite Actuelle soit sur le marché ce mardi, contre la volonté de la direction. De plus, Guillaume Gbato a demandé que soit remis au goût du jour, au plus tard fin septembre prochain, le séminaire tant souhaité par l'ensemble des travailleurs de La refondation pour se pencher sur les difficultés qui minent la société. « Si toutes ces propositions ne trouvent pas un échos favorable auprès de la direction, alors, nous serons obligés d'observer un arrêt de travail pour nous faire entendre », a menacé Guillaume Gbato, avant de demander à ses collègues de rester mobilisés et sereins. Guillaume Gbato soutien qu'avant de prendre une telle décision, la direction aurait dû informer le syndicat qui représente les travailleurs. A travers cette manière unilatérale de régler les problèmes, a poursuivi Guillaume Gbato, la direction affiche un mépris total vis- à-vis des travailleurs. « Nous ne comprenons pas pourquoi chaque fois qu'un problème survient, la direction refuse d'engager des débats francs pour qu'ensemble, on trouver des solutions idoines », a-t-il déploré.
Rappel. Le comité de direction de la Refondation a décidé, mardi dernier, de suspendre la parution du quotidien Elite Actuelle à compter du vendredi 7 septembre qui accuse une mévente chronique depuis sa mise sur le marché en janvier 2006. La direction du groupe de presse a estimé qu'il était bon d'envisager de créer un hebdomadaire pour réduire la saignée financière tout en maintenant l'ensemble du personnel. Mais les travailleurs n'entendent pas les choses de cette oreille.






Alexis Rabé


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur