Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 20 avril 2012 par AIP

Grand-Bassam -La révision du statut de la Commission électorale indépendante (CEI), en vue de lui permettre de réaffirmer son leadership et son autorité, telle est l'une des principales recommandations du séminaire qui a pris fin vendredi à Grand-Bassam.
Réunis à N'Sah Hôtel, de mercredi à vendredi, pour faire une autocritique après les élections générales de sortie de crise organisées par la CEI, les participants à l'atelier recommandent la révision du statut de la structure chargée des élections en Côte d'Ivoire, afin de lui obtenir un régime financier plus adapté.

En effet, ayant noté plusieurs avancées notables dans le processus électoral organisé par la CEI, conformes aux standards internationaux, des insuffisances majeures ont toutefois entaché ce processus, notamment les interférences et les contraintes politiques trop fortes au détriment des exigences techniques n'ont pas permis une bonne maîtrise de la planification des activités de la structure, entraînant avec des délais très élastiques des surcoûts importants qu'il est important d'y remédier.

Le séminaire a également relevé qu'en dépit de l'adoption par les autorités compétentes de l'ensemble des textes nécessaires au déroulement du processus électoral et d'une liste électorale biométrique plus sécurisée en Côte d'Ivoire qui ont permis l'élection du président de la République et de 253 sièges de députés à l'Assemblée nationale, quelques incohérences et inadéquations existent par rapport aux objectifs recherchés, notamment le retard dans la révision de la liste électorale de 2010.

Cet atelier qui a aussi préconisé la révision du code électoral était organisé, avec la collaboration de l'ONG américaine IFES, en vue de faire de la CEI, une structure incontournable en matière électorale et dont l'expertise pourrait se vendre à l'extérieur, explique-t-on.

(AIP)
kp


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur