Identifie Toi     Inscris Toi

mardi 3 avril 2012 par Le Temps

Les lampions se sont éteints sur la Route de l'Est international 2012 avec le sacre de Cissé Issiaka de la Soa. Qui a en sus dominé la 7e et avant ? dernière demi-étape, Adzopé-Agou, une course contre la montre individuelle 35,100 km.

La noce d'argent de la petite reine ivoirienne a pris fin, hier lundi 02 avril 2012 dans après-midi, avec le sacre de Cissé Issiaka de la Soa. Le jeune coureur de la Soa qui va bientôt souffler sa 20e bougie rentre ainsi dans l'histoire de la prestigieuse course sous-régionale. Son sacre, il l'a peaufiné au pied de la Basilique Notre Dame de la Paix à Yamoussoukro, dès la 3e étape, une course contre la montre individuelle (Ccmi). Epreuve dans laquelle l'international ivoirien, grand rouleur et patenté grimpeur, excelle. Il en avait fait d'ailleurs la démonstration hier matin en raflant la mise de la Ccmi, Agou-Adzopé, 31,100 km. En 51 mn 26 s, et une moyenne horaire de 40,957 km/h, il a damé le pion à partenaires et adversaires pour consolider sa victoire. Dans son sillage, le champion a entraîné le sprinter de l'Asfa, Konté Bassirou, 2e, et cet autre grand rouleur, Sankar Hamidou.

La désillusion de la légion étrangère
Les équipes étrangères, le Bénin, le Ghana, le Nigéria et le Burkina Faso n'ont pu s'imposer en terre ivoirienne. Hormis les Burkinabè qui ont remporté les étapes Yamoussoukro-Bouaké et Bouaké-Daoukro, les cyclistes ivoiriens n'ont quasiment pas rencontré d'opposition réelle. Le premier Etranger pointe à la 4e place. Il s'agit du Burkinabé de Ilboudo Harouna qui a un déficit de 3 mn 55 sur l'Eléphant Cissé Issiaka.
Les Nigérianes sauvent l'honneur

Du côté des Dames, les Nigérianes ont montré de réelles capacités de coureuses. La filiforme Obise Glory, la porte flambeau, a été intraitable à toutes les courses organisées à l'attention des Dames. Son équipière Eloko Jennifer a également fait montre de ses énormes potentialités. Les jeunes Ivoiriennes de l'Olympique de Taabo, elles, continuent leur apprentissage. Seule Kouakou N'Guessan titillait les Nigérianes. Quant aux Ghanéennes, elles été tout simplement l'ombre d'elles-mêmes. La remise des récompenses a eu lieu hier après-midi à l'Hôtel de ville d'Abidjan.

Eugène Djabia


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur