Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 20 juillet 2007 par Le Nouveau Réveil

Emissaire du PDCI à Séguéla, Drissa Coulibaly, après sa rencontra avec les militants de son parti dans le Worodougou, dit ici pourquoi le PDCI gagnera les élections au nord. M. Drissa Coulibaly, au nom du PDCI-RDA, vous êtes venu à Séguéla où vous avez rencontré les militants de ce parti. Quelles sont vos impressions après les avoir écoutés. J'avoue que nous avons été agréablement surpris de la mobilisation que nous avions trouvée en place. Nous savions qu'il existe des militants à Séguéla mais nous ne savions pas leur nombre exact. Ce que nous avons vu nous pousse à dire que Séguéla continue de demeurer un bastion du PDCI.
Etes-vous quand même conscient que la crise a quelque peu démotivé vos militants ?
Le baobab a été certes secoué mais il n'est pas tombé, il n'est pas mort. Les fondamentaux du PDCI sont encore solides. Quels sont les problèmes que vivent les militants et même l'ensemble de la population ?
Lorsque nous étions aux affaires, les prix de l'anacarde et autres, était valorisé et s'achetaient à des prix qui permettaient aux paysans de se prendre en charge. Mais depuis que les autres sont là, on s'est rendu compte que les coûts de ces mêmes produits ont chuté. Et pourtant, ce sont des produits qui maintiennent nos populations sur place. Vous avez lancé beaucoup de messages aux populations. Mais que souhaiteriez-vous qu'elles retiennent ?
Je souhaiterais que les populations retiennent le message de remobilisation, d'espérance. Dire à nos populations et à tous ceux qui ont été meurtris par cette situation de guerre d'espérer en des lendemains meilleurs. De croire que bientôt, les choses pourraient changer à condition que ces populations participent à ce changement. Je suis sûr qu'avec ce qu'elles vivent, elles pourront faire le bon choix le moment venu. Les élections c'est en 2008. Le PDCI a-t-il les chances de gagner dans le grand nord ?
Au nord, le PDCI n'a pas besoin de faire une campagne particulière. Parce que chaque habitant du nord se rend compte de ce qu'on lui a raconté à l'époque et les conditions dans lesquelles ces populations vivent aujourd'hui. Vous avez vu nos infrastructures, les quelques unes que le PDCI a pu réaliser, vous avez vu l'état de délabrement dans lequel elles sont. On n'a pas pu entretenir ce qui existe à plus forte raison faire de nouvelles infrastructures. C'est une évidence, ce sont des choses qui plaident d'elles-mêmes pour la réélection du PDCI au nord. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire qu'on fasse une campagne particulière puisque les militants et toute la population savent ce qui a changé dans leur vie. Au niveau des audiences foraines, de l'identification, est-ce qu'il y a des dispositions particulière, qui sont prises par le PDCI pour permettre aux militants de voter ?
C'est le rôle des secrétaires, des délégués. Nous avons eu des séances de travail avec eux. Des instructions précises leur ont été données.
Interview réalisée par
Djè KM (Le Nouveau Réveil)
Mamadou Ziao (L'Inter) à Séguéla


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur