Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 11 juillet 2007 par L'intelligent d'Abidjan

L'attentat contre le Fokker 100 présidentiel à Bouaké le vendredi 29 juin 2007 remet au c?ur du débat le problème des grades des éléments des Forces nouvelles. De fait, l'accord de Ouagadougou n'a pas réglé cette question délicate qui fâche, alors qu'elle est importante pour le retour définitif de la paix. Et pour ne pas arranger les choses, parmi les victimes de l'attentat du vendredi noir à Bouaké se trouve le chef de la sécurité du Premier ministre Guillaume Soro. Dans le communiqué du Centre d'information et de communication gouvernementale (Cicg) annonçant les obsèques des agents de la Primature le grade de lieutenant que le secrétaire général des Fn a attribué à Drissa Ouattara n'a pas été omis, bien au contraire. Le deuil ne doit pas rendre amnésique au point d'oublier que la question des grades, de façon officielle n'a pas été réglée. Si le grade de lieutenant de Drissa Ouattara reste à l'état alors que celui-ci n'était que sergent de police avant de regagner la rébellion, il va s'en dire que de facto tous les autres chefs de guerre pourront garder leurs grades. Ou bien, le chef de l'Etat, chef suprême des armées va accepter de façon exceptionnelle, d'élever Delta? à titre posthume, qui doit être également décoré, au grade de lieutenant. Les deux principaux signataires de l'accord de Ouagadougou ne doivent plus se dérober sur le problème des grades de Soumaïla Bakayoko et de ses hommes. Surtout que les décisions les plus graves et importantes se sont prises souvent dans des moments de tristesse et de crise aigüe.
A.L.O


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur