Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 28 septembre 2011 par Nord-Sud

Combien de fois, n'a-t-on pas vu ce désolant spectacle de camions surchargés de bananes sur nos routes ? Maintes fois, les ménagères ne se sont-elles pas plaintes des prix exorbitants pratiqués sur les marchés ? A l'évidence, la conservation et la productivité de la banane plantain, denrée essentielle dans les habitudes de consommation, demeurent une difficulté. En effet, partout ailleurs sur le continent et surtout en Côte d'Ivoire, l'offre de banane plantain sur les marchés est insuffisante et saisonnière. Abondante d'octobre à avril, elle accuse une pénurie de mai à septembre. Mais, comment développer la filière banane plantain et améliorer sa conservation, c'est tout l'enjeu de l'atelier d'identification des besoins de la filière banane plantain, de planification et de validation des activités du centre national de spécialisation qui a débuté mardi à Grand-Bassam. Cette rencontre sous- régionale réunie d'éminents chercheurs, des agents de développement, des producteurs et des opérateurs privés du secteur. Selon Pierre Angniman Ackah, directeur exécutif du Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricole (Firca), il s'agira pour les acteurs nationaux et internationaux de la filière d'élaborer un plan de développement de ce secteur en Côte d'Ivoire et dans les autres pays-membres du programme de productivité agricole en Afrique de l'Ouest ( Waapp) soutenu par des projets de recherches et de développement du Centre national de spécialisation (Cns) et de diffusions pertinentes pour les quatre prochaines années. Objectif, augmenter la production nationale et répondre aux besoins des consommateurs tant nationaux que sous-régionaux. Pour Minayaha Siaka Coulibaly, représentant le ministre de l'agriculture, les acteurs devront à partir d'une identification claire formuler les meilleurs projets dont la mise en ?uvre permettrait d'atteindre l'un des objectifs essentiels du Ppaao/ Waapp qui est l'augmentation de la productivité de 25% dans 10 ans.

Emmanuelle Kanga à Grand-Bassam


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur