Identifie Toi     Inscris Toi

mercredi 21 septembre 2011 par AIP

Le ministre d'Etat, ministre de la Justice, Me Ahoussou Jeannot, a réaffirmé la disposition de l'Etat et de la population à ?uvrer à sauvegarder la paix sans laquelle, a-t-il dit "aucune ?uvre humaine n'est possible".
Lors de la journée internationale de la paix célébrée par l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), le ministre d'Etat Ahoussou, au nom du gouvernement ivoirien, a dit toute la détermination du chef de l'Etat et du peuple ivoiriens à préserver la paix, demeurée pendant une quarantaine d'années "la seconde religion de la Côte d'Ivoire", mais mise à rude épreuve durant ces dix dernières années.
"Aujourd'hui mieux que jamais, les responsables et les citoyens ivoiriens sont disposés à oeuvrer de toutes leurs forces pour sauvegarder la paix, sans laquelle aucune ?uvre humaine n'est possible", a-t-il déclaré devant le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU, Arnauld Akodjènou, qui, à cette occasion, a rappelé que la mission des Nations Unies est la quête permanente de la paix, la démocratie et les droits de l'homme, "des valeurs fondamentales" pour la bonne marche de la société.
La célébration de la journée internationale de la paix a été la tribune idéale pour l'ONUCI de procéder au lancement de la campagne ONUCI-Tour dans les communes de la ville d'Abidjan.
Selon le chef adjoint du Bureau de l'information publique de l'ONUCI, Kenneth Blackman, cette campagne, initiée en 2009, a pour objectif de sensibiliser et de solliciter l'engagement et l'adhésion des populations des 13 communes de la capitale économique en faveur d'un environnement électoral apaisé.
"La crise postélectorale a fortement fragilisé le tissu social à Abidjan. Il est donc impératif de mener des efforts de sensibilisation en partenariat avec les autorités locales, pour calmer les c?urs, pour calmer les esprits et favoriser l'organisation d'élections législatives apaisées", a expliqué M. Blackman.
ONUCI-Tour qui sera organisé à Abidjan, du 5 octobre au 28 décembre, selon M. Blackman, devra permettre aux leaders d'opinion, notamment la chefferie traditionnelle, les leaders communautaires et religieux, les associations féminines, les médias et les groupements de jeunesse, d'échanger sur le travail de l'ONUCI et sur la promotion de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale.
(AIP)
kp


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur