Identifie Toi     Inscris Toi

vendredi 19 aot 2011 par Le Temps

Vous êtes très actif dans le soutien aux populations? Quel sens donnez-vous à vos actions ?
Issu d'une famille modeste, j'ai grandi dans des conditions parfois très difficiles. Ce qui me pousse depuis 2005 à apporter mon aide à tous ceux qui en ont besoin.
D'où tirez-vous vos financements?

Ma principale source de revenus est de Dieu, le Tout Puissant. Car c'est lui qui a permis aujourd'hui que je sois à la tête d'une importante entreprise avec des bureaux de liaisons à travers l'Afrique de l'Ouest. Aussi, a-t-il favorisé autour de moi la création d'un groupe dénommé le Groupe Cocody Nouveau composé, de plus de 150 cadres de toutes sensibilités et qui lèvent de temps à autre, des cotisations pour faire face à des situations spécifiques.

Depuis un moment, une opération de déguerpissement des quartiers précaires a lieu dans la commune de Cocody. Quelle est votre idée sur le logement dans cette cité ?
Cocody doit être la vitrine d'Abidjan, du fait même de la présence dans cette commune de hautes autorités et de prestigieuses institutions nationales et internationales.
Cependant dans les soucis de préserver l'emploi des ouvriers et petits personnels indispensables à ces mêmes autorités, il serait souhaitable que des logements dits sociaux soient envisagés à la périphérie de la commune de Cocody pour servir d'habitation à cette population.

De quelle jeunesse ivoirienne rêvez-vous ?
Nous rêvons d'une jeunesse ambitieuse et travailleuse qui se départit de tout ce qui est facilité. Ce modèle de jeune trouvera inéluctablement sur son chemin le Groupe Cocody Nouveau pour prendre en charge leurs préoccupations et faciliter ainsi leur insertion dans la vie socioprofessionnelle. Car, dit-on, seul le travail paye.

Aujourd'hui, l'emploi est plus que rare dans notre pays. Comment comptez-vous y prendre pour régler cette question à Cocody, au niveau de la jeunesse ?
Mais il n'y a pas que la jeunesse. Il y a les personnes de 3e âge qui peuvent encore travailler. Des femmes également. Il faut recenser les différentes couches de la population, identifier leurs besoins et de définir les moyens à mettre à leur disposition pour y arriver. On ne peut donner à quelqu'un ce dont il a véritablement besoin. Etant donné qu'au niveau de la commune de Cocody, nous avons toutes les couches de la population, des enseignants jusqu'au petit balayeur. Alors il serait pratique pour nous de les stratifier. Cela nous permettra de savoir ceux qui sont de la même couche et qui ont le même besoin. Ainsi on les identifie et les répertorie ; Ensuite, on les affecte à des postes. Evidemment, si les choses nous sont confiées, Cocody va être transformée en une véritable zone industrielle et un quartier administratif. Cela va, à n'en point douter, créer beaucoup d'emplois pour la jeunesse, les femmes et même les personnes de 3e âge.

Quel regard portez-vous sur la vie dans la commune de Cocody ?
Le diagnostic est triste. Cocody ne mérite pas cela. Cependant, il n'est pas tard pour mieux faire. Cela dit, nous avons en projet d'attaquer le mal à la source. C'est-à-dire il faut créer de l'emploi pour plus de 80% de population au chômage à Cocody. Nous avons une politique. Il ne nous reste plus qu'à le mettre à exécution. Il faut dire que les femmes et les jeunes représentent la frange de la population beaucoup atteinte par la pauvreté. Cela nous préoccupe.

Entretien réalisé par : Renaud Djatchi


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur