Identifie Toi     Inscris Toi

samedi 13 aot 2011 par Soir Info

La création de coopérative de niveau supérieur (union ou fédération) est le dernier maillon, c`est-à-dire le dernier point de la structuration des coopératives. A ce niveau, au regard de la grande corruption rampante de peau dans cette filière, une décision radicale, qui puisse mettre fin aux crimes économiques dans ce secteur, est attendue. Il convient, aujourd`hui, de mettre en place un Conseil supérieur de la coopération (Csc), opportunément prévu dans le décret 98-256 du 03 juin 1998 portant attributions et organisation de ce conseil. L`avis de cette structure est obligatoire pour la création des unions régions, inter-régionales et fédérations de coopératives. Sans ce conseil supérieur de coopération, il est impossible de créer les organisations coopératives viables et légales. Les unions régionales ou fédérations qui existent ne sont pas conformes à la loi. En résumé, l`existence de la multitude des coopératives dans la filière café et cacao est due à la non application des textes de loi sur le mouvement coopératif ivoirien que sont : la loi 97-721 du 23 décembre 1997 relative aux coopératives, le décret 98-256 du 03 juin 1998 portant attributions et organisation du conseil supérieur de la coopération, le décret 98-257 du 03 juin 1998 portant application de la loi 97-721 du 23 décembre 1997 relative aux coopératives et la circulaire interministérielle (ministère de l`Agriculture et ministère de l`Intérieur et de la Décentralisation) n°3718/MINAGRA/MID du 26 octobre 1998 relative à l`application de la procédure d`agrément des coopératives. Dans cette nouvelle République, bâtir des institutions fortes exige que chaque Ivoirien accomplisse convenablement ses missions dans le respect des normes en cours dont celle de la loi coopérative. La filière café et cacao est très importante pour la laisser sans assainir les organisations coopératives qui y opèrent.

Armand B. DEPEYLA


Inscrivez vous pour postez un commentaire sur